27 décembre: Saint Jean, celui que Jésus aimait

L'évangéliste Jean est bien à sa place dans l'octave de Noël. Il est le chantre par excellence du mystère de l'Incarnation du Christ, le théologien du Verbe de Dieu fait homme. Nous lisons le sublime prologue de son évangile à la messe du jour de la Nativité: « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1, 14) J'ai déjà écrit sur ce prologue dans un blogue sur Noël

L’apôtre bien-aimé se définit comme « celui que Jésus aimait » (Jean 13, 23). Il se nomme ainsi dans son évangile sans dire explicitement que c’est lui, par humilité sans doute, et aussi par solidarité avec les autres disciples. À la dernière Cène, il reposa sur la poitrine du Seigneur, sans se mettre de l’avant.

saint-jean

On ne peut lire son évangile que près du cœur de Jésus. Le coup de lance est la clé qui nous en ouvre le sens profond. Jean n’a écrit et vécu que pour exprimer la vérité du Fils de Dieu dans notre chair, que pour exalter sa lumière dans notre monde. Jésus s’est reconnu en sa pureté et sa franchise, son amour et son obéissance. Il demeurera son préféré parce qu’il a su garder son cœur d’enfant, à tel point, qu’il lui confiera sa mère avant de mourir atrocement sur la croix.

Fils du tonnerre

Dernier survivant des apôtres, on l’a surnommé « l’aigle de Patmos », pour sa facilité à s’élever à des hauteurs surnaturelles insoupçonnées et pour sa capacité à fixer le Verbe divin. Il a vu Jésus sous sa véritable nature de Christ. Plus qu’un thaumaturge, Jean a montré que Jésus est le maître parfait, le verbe fait chair, la parole du Père. De son regard d’aigle, il a mesuré l’étendue de son amour et il a aperçu la haine de ceux qui le rejettent, le combat entre la lumière et les ténèbres.

 Du temps de Jésus, on l’appelait « Fils du tonnerre », avec son frère Jacques, étant donné leur tempérament fougueux. De disciples de Jean le Baptiste, ils devinrent les premiers apôtres de Jésus avec André et Simon Pierre. Galiléens de Bethsaïda, Jean et Jacques sont les fils de Zébédée, pêcheur du lac de Tibériade. Leur mère, Marie Salomé, fera partie des femmes disciples qui, à l’occasion, suivront Jésus sur les routes poussiéreuses de la Galilée. Elle sera au pied de la croix avec Jean, la mère de Jésus, Marie de Magdala et d’autres femmes.

L’évangile du Verbe fait chair

Chaque évangéliste a posé sa pierre pour composer une mosaïque unique qui nous révèle différentes facettes de Jésus Christ vainqueur de la mort. Jean a assimilé son message comme pas un, insistant sur sa mission de révélateur du Père et de sauveur de l'humanité plutôt que sur son ministère terrestre d'enseigner, de chasser les démons et de réconforter les pauvres.

On ne retrouve aucun exorcisme dans son évangile et très peu de miracles, sinon ceux qui lui sont propres, comme l'eau changée en vin à Cana de Galilée, la guérison à la piscine de Béthesda, la guérison de l'aveugle-né et la résurrection de Lazare. Il rapporte des rencontres inédites : la Samaritaine, le rabbi Nicodème, l’officier royal, la fuite des disciples après le discours sur le Pain de vie, la femme adultère, les discussions ouvertes avec les pharisiens, les scribes et les docteurs de la Loi.

Confident de Jésus, Jean est le témoin de la plupart des grands moments de sa vie publique. Avec Simon-Pierre et son frère Jacques, il assiste à la résurrection de la fille de Jaïre, à la transfiguration sur le Thabor et à l’agonie de Gethsémani. On le voit avec Pierre dans la cour du Grand-Prêtre lors du procès de Jésus. Il est le seul apôtre à le suivre jusqu’au pied de la croix, à accueillir sa mère en son nom : « Femme, voilà ton fils. Fils, voilà ta mère. » Aucun mot ne peut exprimer la douleur qui étreint ces trois grands amoureux: Jésus, l’apôtre, la mère. L’arbre de la croix se dresse sur la racine de Jessé, Verbe de chair blessée, qui soulève le monde jusqu’au Père.

Qui est l’auteur du quatrième Évangile?

À partir du IIe siècle, les traditions ecclésiastiques (Irénée, Clément d'Alexandrie) nomment Jean comme auteur de l’Évangile et l'identifient avec l'un des fils de Zébédée, qui deviendra le chef spirituel de l’Église d’Éphèse. Pendant vingt siècles, l'auteur du quatrième évangile sera identifié à l’apôtre Jean. « C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai » (Jn 21, 24). Ce chapitre 21 est un ajout de la communauté johannique, d’où le pronom « nous ».

Les études exégétiques modernes ont considérablement modifié notre compréhension de la rédaction de l’Évangile de Jean. Si la tradition originelle pouvait, d'une manière obscure, se rattacher à l'apôtre Jean, la critique reconnaît aujourd'hui que cette tradition a connu un long développement, une transmission orale et écrite, puis diverses étapes de rédaction avant d'aboutir à l’évangile actuel. Cette longue maturation, au sein de ce qu'on peut appeler une « école » johannique, ne permet donc plus de parler du témoignage oculaire d'un auteur, mis par écrit d'un seul trait au lendemain des événements. La publication du quatrième évangile, en son état final, est ordinairement datée de la fin du premier siècle, entre 90 et 100.

On peut s’interroger comment un jeune homme de Galilée parlant araméen peut être l’auteur de tout cet évangile grec? Jésus lui a-t-il donné un enseignement particulier qui va plus loin que ce qu’il expliquait à ses disciples? Pourquoi ce proche compagnon de Jésus donne-t-il des données si différentes dans ses écrits? On sent une unité dans l’inspiration de l’œuvre, mais celle-ci n’est pas très bien ordonnée, d’où l’hypothèse de plusieurs auteurs.

Il y a dans l’Évangile de Jean des collages, ajouts, révisions, qui ont été faits par ses disciples les plus proches, comme Jean l’Ancien, appelé « le prêtre ». Il apparaît comme l’expéditeur et l’auteur de la Deuxième et Troisième lettre de Jean : « Moi, l’Ancien » (2 Jn 1, 1). Celui-ci pourrait avoir eu une fonction essentielle dans la rédaction de l’Évangile, comme le souligne Benoît XVI dans son livre Jésus de Nazareth :

"Après la mort de l’apôtre, c’est lui qui fut considéré comme étant pleinement le détenteur de son héritage. Et dans la mémoire, les deux figures ont fini par se confondre de plus en plus. Nous pouvons en tout cas attribuer un rôle essentiel au « prêtre Jean » dans la rédaction définitive du texte évangélique; mais il se considérait avant tout comme l’administrateur de l’héritage reçu du fils de Zébédée" (Parole et Silence, 2014, p. 295.

Quels que soient les auteurs, l’Évangile de Jean demeure l’évangile de l’amour inspiré par l’Esprit dans son intégralité. Son but n’est pas de fournir une biographie historique de Jésus, mais de nourrir la foi en Jésus Christ, Fils de Dieu : « Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom » (Jn 20, 30-31).  

Il vit et il crut

Dieu se dit pleinement en son Fils dans l’événement du matin de Pâques. Quand Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin, elle voit que la pierre a été enlevée. Elle va le dire aux apôtres. Pierre et Jean courent alors au tombeau; Jean arrive le premier. Il voit que le linceul est resté là, mais il n’entre pas, par déférence pour Pierre, le chef. Quand Jean entre à son tour, il voit et il croit. C'est lui également le premier qui reconnaît le Maître au lac de Tibériade après sa résurrection.

Jean rend témoignage de ces faits et gestes dans son évangile avec sobriété. Il les a écrits en témoin véridique pour que les fidèles de la communauté puissent en témoigner à leur tour. « C’est lui, le disciple qui rend témoignage de tout cela, et nous savons que son témoignage est vrai » (Jean 21, 24). Que Jésus apaise la tempête ou marche sur les eaux, qu’il chasse les vendeurs du temple ou qu’il fréquente les pécheurs, il a été pour Jean le chemin qui conduit au Père, la vérité qui se donne, la vie qui vivifie.

Dans son Apocalypse, qui signifie « révélation », Jean met en lumière le Christ glorieux qui interprète l’histoire d’Israël à la lumière de l’Évangile. Il évoque les premiers combats de l’Église qui ouvrent une nouvelle ère, celle du Nouveau Testament. Jésus est l’Agneau immolé, l’Époux de la Jérusalem céleste, qui est digne de recevoir le livre scellé de l’Ancien Testament et de l’ouvrir pour en donner le sens caché. Par son sang, il a racheté pour Dieu des hommes de toute race, langue, peuple et nation. 

Extrait du chapitre "Jean, fils de Zébédée" dans mon livre Jésus raconté par ses proches. Voir également la nouvelle édition revue et augmentée Les saints, ces fous admirables, à paraître mars 2018. 

L'étoile de la foi
Noël: Et le Verbe s'est fait chair

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
14 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
À cause de son élévation vers le ciel, la montagne...
3142 lectures
Jacques Gauthier
24 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Samedi dernier, j'animais avec mon épouse et un co...
2512 lectures
Jacques Gauthier
28 avril 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Au temps de Catherine, des fléaux s’abattent sur l...
3034 lectures
Jacques Gauthier
7 septembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
J’arrive de vacances aux Îles de la Madeleine, sit...
2955 lectures