École de prière (39) La prière du coeur

J’aime bien me représenter l’oraison intérieure comme un chemin que l’on fait en marchant. Plus qu’un simple rite à accomplir, l’oraison est d’abord une expérience à vivre. Au début de mon cheminement spirituel, j’accordais de l’importance à telle posture, à la manière dont je respirais et priais, au silence, aux consolations que je pouvais ressentir. Mais avec le temps, cela est devenu moins important. J’ai compris que ce n’est pas la posture du corps qui est centrale, mais l’attitude intérieure qu’elle suscite, comme l’intention d’être en présence de Dieu, quoiqu’il arrive, même si je suis dans une grande aridité et que les distractions m’envahissent. En tant qu’être de relation, je me reçois de Dieu dans la prière intime qui me relie à lui dans une expérience de communion, mais non de fusion.

La prière de Jésus

S'il ne faut pas absolutiser les méthodes ou techniques de prière, celles-ci peuvent tout de même aider à nous mettre en présence de Dieu et d’y rester. Par exemple, « la prière du cœur », appelée aussi « prière de Jésus », si chère à l’Église orthodoxe et popularisée en Occident par Les récits du pèlerin russe. Elle est connue en Orient chrétien par l’ « hésychasme », mot grec qui signifie tranquillité, paix de l’union à Dieu. Voici cette courte prière, tirée du Nouveau Testament (cf. Mc 10, 46-52; Lc 18, 13), prière de demande toute simple qui soude miséricorde divine et misère humaine : « Seigneur Jésus, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur ».

Cette prière est également appelée « chapelet oriental » - tchotki -, puisqu’on peut utiliser un chapelet en laine de cent grains, ou plus, pour soutenir la répétition de l’invocation. Vocale ou silencieuse, cette formule aide à chasser les pensées importunes, à fixer l’attention et à se tenir en présence de Dieu en tout temps et en tous lieux, répondant ainsi au conseil de saint Paul : « Priez sans relâche. » (1 Th 5, 17.)

« La prière de Jésus, dans sa formulation totale, met en œuvre l’homme total, corps-âme-esprit, lui révélant le Dieu total et trois fois saint, Père-Fils-Esprit. Synergie où « Dieu devient homme pour que l’homme devienne Dieu. » (Alphonse et Rachel Goettman, Prière de Jésus. Prière du cœur, Albin Michel, 1994, p. 199.)

Prière du coeur

Le nom qui sauve

La prière de Jésus peut être dite en tout temps, mais il est bon de la réciter devant une icône du Christ, ne serait-ce qu’une fois par semaine. On la répète à mi-voix ou intérieurement, dans un moment de recueillement, les yeux fermés. Pour les commençants, dix minutes deux fois par jour suffisent. On peut aussi la dire durant les activités de la journée. Cela suppose que l’esprit soit assez libre pour qu’il soit attentif à ce que disent les lèvres.

On prononce la première partie en inspirant, puis l’autre en expirant, selon ce qui nous convient. Par exemple : inspiration « Seigneur Jésus, Fils de Dieu »; expiration « Aie pitié de moi, pécheur ». Chaque expiration approfondit la détente de l’être, pacifie l’esprit, libère un espace de silence pour accueillir le Christ. On peut changer l’alternance de la formule pour une version plus appropriée à ce que l’on vit, ou prendre une autre formule, comme celle qui ouvre l’Office des Vêpres : « Dieu viens à mon aide, Seigneur à notre secours ». Cette brève prière était pratiquée par les moines du désert.

 La prière doit toujours rester simple, sans forcer quoi que ce soit, ni privilégier l’émotion. Elle nous identifie au Christ ressuscité qui répand sur nous son souffle, comme il le fit sur les Apôtres, le premier jour de la semaine, alors qu’ils avaient verrouillé les portes : « Jésus répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. » (Jn 20, 22.)

Lorsque nous prions le nom de Jésus, nous sortons aussi de nos tombeaux, les portes ne sont plus verrouillées, et c’est toute l’Église qui respire avec nous. Nous sommes là pour Dieu, présents à sa présence, en l’aimant dans la simplicité du cœur et le détachement des pensées. Nous consentons au règne de Dieu que le Christ est venu établir au-dedans de nous. « Voici que le règne de Dieu est au milieu de vous » (Luc 17, 21).

La formule peut paraître un peu longue pour certains et nous pouvons avoir de la difficulté à la rythmer avec notre souffle. C’est mon cas. On peut alors répéter doucement ces mots qui favorisent le recueillement et le silence : « Seigneur Jésus », « Viens, Seigneur Jésus », ou plus simplement encore, « Jésus ». À chacun de trouver la formule ou le mot qui lui convient.

"Dans la prière, c’est l’homme tout entier qui doit entrer en relation avec Dieu, et donc son corps aussi doit prendre la position la mieux adaptée au recueillement. Cette position peut exprimer d’une manière symbolique la prière elle-même, variant selon les cultures et la sensibilité personnelle. Dans certaines zones, les chrétiens acquièrent aujourd’hui une conscience plus grande du fait que l’attitude du corps peut favoriser la prière.
La méditation chrétienne de l’Orient a valorisé le symbolisme psychophysique, souvent absent de la prière de l’Occident. Il peut aller d’une attitude corporelle déterminée jusqu’aux fonctions vitales, comme la respiration et le battement cardiaque. Ainsi l’exercice de la « prière de Jésus », qui s’adapte au rythme respiratoire naturel, peut, au moins pour un certain temps, être d’une aide réelle à beaucoup". (Congrégation pour la doctrine de la foi, Lettre aux évêques de l’Église catholique sur quelques aspects de la méditation chrétienne, 1989, n. 26-27.)

Texte paru dans le Magnificat de mars 2016, p. 7-10.

Pour aller plus loin: Guide pratique de la prière chrétienne, 2015. Presses de la Renaissance.

À Dieu, Benoît Lacroix (1915-2016)
Sacrement de la réconciliation et Année de la misé...

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
27 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 19 avril 2005, je me souviens, j'étais devant l...
2995 lectures
Jacques Gauthier
10 novembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Un jour, j’étais à Cuba et je me baignais dans une...
1577 lectures
Jacques Gauthier
18 juillet 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Nous parlons de Dieu entre nous depuis des milléna...
1301 lectures
Jacques Gauthier
21 octobre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Jean-Paul II est « entré dans la vie » l...
2199 lectures
Jacques Gauthier
24 juillet 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
25 juillet: Jacques le Majeur, apôtre de Jésus le ...
2463 lectures