École de prière (7) Prier partout

Depuis le début de cette école de prière sur mon blogue, j’insiste surtout sur la prière personnelle, que la tradition appelle « oraison », « prière du cœur » ou « prière contemplative ». Bien sûr, il y a aussi la prière communautaire comme l’eucharistie du dimanche et des jours de la semaine, la liturgie des Heures, le chapelet, mais tout cela risque de rester extérieur si nous ne vivons pas la prière de l’intérieur. Prière individuelle et prière communautaire se nourrissent mutuellement. Ne séparons pas ces deux paroles de Jésus : « Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. (Mt 6, 6); « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux » (Mt 18, 20).

Que pouvons-nous donner à Dieu dans la prière, sinon notre temps et notre amour? Le temps de prière personnelle, à heure fixe si possible, féconde notre journée et nous aide à penser au Seigneur le reste de la journée. Il y a tellement de ces petits rendez-vous de la prière qui ne prennent souvent que quelques secondes: dans la douche, au volant de la voiture, dans une file d’attente, en faisant la cuisine ou une promenade, en ville ou sur le bord d'un lac.

Prier dans un train

Par exemple, il m’arrive souvent de prier dans un train ou un autobus. Que je sois seul ou non, rien ne peut m’empêcher de fermer les yeux, d’invoquer l’Esprit Saint, de me mettre en présence du Seigneur, et de répéter intérieurement le nom de Jésus. Parfois, je récite un chapelet en me servant discrètement de mon dizainier que je porte au doigt. À un autre moment, je lis les textes de la messe du jour, ou un récit biblique. Je lis lentement et je m’arrête pour méditer un passage, souvent un verset de psaume, me rappelant sans cesse la présence de Dieu qui m’accompagne partout. « Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, maintenant et à jamais ». (Ps 120, 8.)

La prière est intimement liée à la vie. Ainsi, je prie dans le confort du train avec la vie qui m’enveloppe, malgré les distractions et le va-et-vient habituel. Je prie souvent pour les passagers qui m’entourent, tous créés à l’image de Dieu. Je confie au Seigneur telle personne qui me semble plus affligée. Je loue aussi le Seigneur pour la beauté de sa création qui défile à ma fenêtre. De fil en aiguille, je tricote de l’amour avec ma prière du cœur toute simple. Le Seigneur répand sa paix sans que je m’en aperçoive. Le train est devenu un lieu de prière. Le Christ ressuscité nous a dit qu’il serait avec nous « tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). On peut donc le prier partout, comme le souligne saint Jean Chrysostome:

"Prier est toujours possible : Le temps du chrétien est celui du Christ ressuscité qui est « avec nous, tous les jours « (Matthieu 28, 20), quelles que soient les tempêtes (cf. Luc 8, 24). Notre temps est dans la main de Dieu : Il est possible, même au marché ou dans une promenade solitaire, de faire une fréquente et fervente prière. Assis dans votre boutique, soit en train d’acheter ou de vendre, ou même de faire la cuisine (saint Jean Chrysostome, ecl. 2 : PG 63, 585A). (Catéchisme de l’Église catholique, no 2743.)"

Prier en auto ou à un feu rouge

On peut donc prier partout, en auto, et pourquoi pas à un feu rouge. Il tourne au jaune comme tu t’approches de l’intersection. Au lieu de grogner contre ce ralentissement, pourquoi ne pas y voir un clin d’œil de Dieu qui veut entrer en relation avec toi. Alors tu savoures cette pause en fermant les yeux et tu dis intérieurement : « Seigneur, je crois que tu es présent en cet instant, je te bénis pour ton amour et je te demande de veiller sur tous les automobilistes que je rencontre ». Tu peux aussi réciter un Notre Père, ou une autre prière que tu connais. Si tu prolonges un peu trop la prière, l’automobiliste derrière toi te le fera savoir lorsque le feu tournera au vert. Alors tu te reprendras au prochain feu rouge. 

Pour aller plus loin, je vous suggère: Guide pratique de la prière chrétienne (Presses de la Renaissance, 323 pages); Expérience de la prière (Parole et Silence, 140 pages).

 

Comme je vous ai aimés
Décès du poète Clément Marchand

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
6 mars 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Existe-t-il de saintes colères ? Nous n’avons pas ...
2599 lectures
Jacques Gauthier
4 février 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Nous ne sommes pas seuls à habiter la terre. Depui...
2353 lectures
Jacques Gauthier
9 juillet 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
 La vie s'approche de moi, la plus intense et...
951 lectures
Jacques Gauthier
13 septembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Il était une fois un petit garçon de 4 ans hospita...
1539 lectures
Jacques Gauthier
1 avril 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Les évangélistes nous montrent souvent Jésus qui s...
2781 lectures