La vie cachée de la Sainte Famille

Jésus, Marie, Joseph : trois noms, trois présences, trois amours. C’est la Sainte famille ; modèle de foi, d'espérance et de tendresse que l'Église catholique célèbre chaque année entre Noël et le jour de l’An. Le cycle liturgique de Noël évoque cette famille en retenant certains passages des évangiles de Matthieu et Luc. Ces textes, que l'on appelle "récits de l'enfance", précédent la vie publique de Jésus et peuvent être considérés comme un protévangile (cf. Walter Kasper, La Miséricorde. Notion fondamentale de l'Évangile, Éditions des Béatitudes, 2015, p. 67-68). Je reviendrai dans un prochain blogue sur ce livre qui a marqué le pape François. Revenons à la Sainte Famille.

Une vie ordinaire

J’ai montré dans mon nouveau livre, Jésus raconté par ses proches, comment cette jeune famille menait une vie très simple à Nazareth, accomplissant avec amour les petites choses du quotidien. Leur existence ordinaire était cachée en Dieu. Les gens du village ne pouvaient se douter que cet enfant était le Messie attendu, le Fils de Dieu. Ses parents accueillaient ce mystère dans la foi, sans tout comprendre, coopérant d’une manière unique au grand mystère de la Rédemption.

sainte Famille atelierMarie et Joseph ont donné à Jésus tout ce qu’il fallait pour qu’il grandisse en sagesse et en grâce. Marie veillait à la sanctification du foyer : transmission des valeurs bibliques, préparation des fêtes et des plats traditionnels, création d’une atmosphère d’amour, accueil des cousins de Jésus. Elle faisait de sa maison un petit temple.

Jésus demeurait soumis, docile, curieux ; il désirait apprendre. Tout jeune, quand il ne jouait pas au jardin avec ses cousins, il aimait venir dans l’atelier du charpentier. Joseph lui montrait comment manier les outils. Marie les regardait avec ce sourire bien à elle. Elle retenait tous ces moments dans son cœur pour les transformer en action de grâce. Sa prière toute simple se nourrissait à même sa vie quotidienne. 

Abba

 Il n’y avait rien de plus beau au monde quand Jésus disait « maman », en embrassant Marie, quand il appelait Joseph abba, papa chéri. Il utilisait souvent ce mot quand il priait spontanément, comme si ce vocable de tendresse caractérisait sa relation à Dieu. Mais c’est d’abord à Joseph qu’il a dit abba en le serrant dans ses bras. Plus tard, ce dernier trouvera son fils à Jérusalem, parmi les docteurs de la Loi, s’occupant des affaires de son Père (cf. Luc 2, 41-50).

Comme tout enfant, Jésus s’est s’identifié instinctivement à ses parents, reproduisant les mêmes gestes et attitudes. En les voyant agir, il a appris l’accueil de l’autre, le don de soi, le souci des pauvres, la solidarité envers les exclus.

Shalôm

Jésus, Marie, Joseph priaient ensemble en partageant des passages de la Torah, en récitant les grandes bénédictions. Ils disaient entre eux, shalôm, paix, que ce soit au lever ou au coucher, aux repas ou au travail. Cette paix ne désignait pas seulement l’absence de guerres ou une vie tranquille, mais le bien-être de leur famille, l’harmonie avec la nature et avec Dieu.

Lorsque Jésus sillonnera les routes de la Palestine, il s’inspirera de son expérience familiale pour raconter des paraboles. Il puisera dans les réalités de son village des éléments qui nourriront sa prédication de la Bonne Nouvelle : naissances, morts, travail, semailles, moissons, figuiers, vignes, brebis.

Jésus n’a pas glorifié la famille, il ne l’a pas dénigrée non plus. Il a inauguré un nouveau type de relation où l’humanité est une immense famille dans laquelle on vit l’amour et le pardon. Il privilégie les petits, les faibles, les enfants, parce qu’ils sont des signes du Royaume de Dieu. « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Matthieu 25, 40).

Texte paru en partie dans le Prions en Église Canada, 27 décembre 2015, p. 36-37.

Pour aller plus loin, lire les billets de ce blogue: Ma prière pour les familles; La famille: lieu de relations, ainsi que Jésus raconté par ses proches

Prière pour la nouvelle année
Ma prière pour les familles

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
6 juillet 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
L’ordre de Citeaux voit le jour en réaction au fas...
2625 lectures
Jacques Gauthier
16 avril 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
J’ai couru mon premier marathon à Montréal en 1983...
2418 lectures
Jacques Gauthier
18 décembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
 Dieu avec nous, tu surprends l’humanité enti...
1796 lectures
Jacques Gauthier
26 mars 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Le carême est un temps fort pour vivre le sacremen...
3188 lectures
Jacques Gauthier
6 mai 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Amen! Que de fois nous prononçons ce mot, souvent ...
2350 lectures