Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Lâcher-prise ou s'abandonner?

Dans l'évangile de ce dimanche 2 mars (Matthieu 6, 24-34), Jésus nous invite à nous libérer de l’amour de l’argent qui peut empoisonner nos autres amours. "Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent" (6, 24) Il nous veut tout à lui et à son Père. Il nous invite également à ne pas trop nous soucier de notre vie et du temps qu’il fait, mais à tout accueillir comme venant de la main du Père. « À chaque jour suffit sa peine » (Matthieu 6, 34). 

Confiance 2Si le Père nourrit les oiseaux, il nous donne beaucoup plus, nous qui valons plus qu’eux. En effet, il nous nourrit de l’Eucharistie et nous revêt de sa Parole pour bien tenir la route. Il nous donne son Fils, le Verbe de vie, pour qu'il vive et agisse en nous. Cherchons-le, lui, le Dieu fait homme, et cessons de nous regarder, de nous comparer, de nous lamenter. Cherchons son Royaume et tout nous sera donné par surcroît : l’argent, la nourriture, le vêtement, la joie, la paix, la liberté.

Bien sûr, avoir des soucis, c'est humain. Nous en avons tous. Jésus ne les nie pas, mais il demande que nous posions un regard de foi en son Père qui nous donne tout ce qu'il faut pour traverser les épreuves inévitables de la vie. Regardons nos soucis et abandonnons-les au Père en passant par Jésus. Quand les soucis nous envahissent à un tel point qu'ils deviennent des inquiétudes, faisons un acte de foi en l'amour de Dieu. Trop s’inquiéter, c’est oublier que Dieu veille sur nous.

Jésus parle de s'abandonner, non de lâcher-prise, notion très populaire de nos jours. Mais on lâche-prise pour qui? Alors qu'on s'abandonne à quelqu'un, à Dieu. C'est la belle prière du bienheureux Charles de Foucauld: "Père, je m'abandonne à toi, fais de moi ce qu'il te plaira..." Il y a un aspect relationnel dans le fait de s'abandonner qui est au coeur de l'acte de foi: on remet au Père le don reçu, on reconnaît que "tout est grâce". La confiance permet ce passage du lâcher-prise à l'abandon, des soucis de la vie à la remise de ceux-ci dans le coeur du Père révélé en Jésus.  

Confiance et abandon! Hier est donné, aujourd’hui et demain appartiennent à Dieu. La petite Thérèse de Lisieux le savait bien lorsqu’elle écrivait : « C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour ». 

Pour aller plus loin, lire ces méditations de la Parole de Dieu: Notre coeur n'était-il pas brûlant?

 

Notez cet article:
Carême: Venez au jour!
École de prière (20) Prier comme mon chien

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
6 février 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Voici le dernier article d'une série de trois, tir...
2631 lectures
Jacques Gauthier
2 avril 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Jésus aime se reposer à Béthanie chez son ami Laza...
1077 lectures
Jacques Gauthier
26 septembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Thérèse de Lisieux est convaincue que le Seigneur ...
5071 lectures
Jacques Gauthier
27 novembre 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Ce texte est tiré en partie du chapitre « And...
2366 lectures
Jacques Gauthier
24 juillet 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
25 juillet: Jacques le Majeur, apôtre de Jésus le ...
2285 lectures