Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Les maîtres spirituels chrétiens (1)

Premier article d'une série de trois, tiré de mon petit livre Les maîtres spirituels chrétiens.

Les maitres spirituels chretien 
Jésus Christ, le maître par excellence

S’il y a des maîtres spirituels chrétiens, c’est d’abord parce qu’il y a d’abord lui, le Maître, Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme. Pour eux, il est le modèle de toute vie chrétienne, le révélateur de l’homme et de Dieu. Il les choisit, les forme, leur donne son Esprit, les fait passer de la condition de serviteurs à celle d’amis : « Je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître » (Jean 15, 15).

Ceux et celles qui l’ont reconnu comme Fils de Dieu ont été bouleversés jusqu’au fond de l’âme, à commencer par ses humbles parents, Marie l’Immaculée et Joseph le juste. Puis il y a eu les apôtres, surtout Jean, le disciple  bien-aimé, et Paul, le persécuteur converti. Jean a vu le Verbe de vie et il a reconnu sa lumière. Il en témoigne magnifiquement dans son évangile : « Le Verbe était la vraie Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jean 1, 9).

 
Paul a vécu une expérience pascale sur le chemin de Damas. Ébloui par la beauté du Ressuscité, il a été saisi par le Christ et le sera jusqu’à sa mort. « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Galates 2, 20). Apôtre des nations au cœur de feu, il montre comment vivre dans le Christ, de l’Esprit et en Église. Il nous fait entrer dans la plénitude de Dieu. Que serions-nous devenus sans ses épîtres qui nous communiquent le mystère du Père, du Fils et de l’Esprit ?  

D’autres maîtres chrétiens vont continuer la mission des apôtres à travers les siècles, docteurs de l’Église et mystiques, saints et saintes, pour qui « vivre c’est le Christ » (Philippiens 1, 21). Mais avant de vous en présenter quelques-uns, jetons un bref regard sur la spiritualité chrétienne et sa grande spécificité : l’attachement au Christ.

La spiritualité chrétienne

La spiritualité chrétienne, du latin spiritus, évoque le rapport à la troisième des personnes divines, l’Esprit Saint, que Jésus avait promis d’envoyer à ses disciples après sa résurrection : « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité » (Jean 14, 16-17). Ce souffle de Dieu inspire les maîtres à une époque précise de l’histoire, selon l’appel et l’état de vie de chacun.

L’Esprit Saint est l’agent principal de la sanctification, l’hôte intérieur de l’âme, le guide de la vie spirituelle. Il est baume, feu, onction, souffle. Il instruit les témoins du Christ dans l’inattendu de la vie, d’une manière imprévisible, par des motions adaptées à leurs personnalités. Le style de vie qui se dégage devient conforme à la vie même de Jésus, selon le titre d’un livre à succès du XVe siècle, constamment réédité, L’imitation de Jésus-Christ.

La spiritualité chrétienne, appelée aussi « vie spirituelle », est l’art de vivre l’Évangile au quotidien à la suite du Christ dans l’Esprit. Cette spiritualité est essentiellement trinitaire et filiale : « Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie «Abba!», c’est-à-dire : Père ! Ainsi, tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu » (Galates 4, 6-7).

Le titre de « Fils » désigne le mystère le plus personnel de Jésus : sa filiation intime avec le Père. Ce titre de noblesse est aussi le nôtre, depuis que nous avons été baptisés dans la mort et la résurrection du Christ. Par lui, avec lui et en lui, nous sommes tournés vers le Père, vers nos frères et sœurs, pour l’aventure de la sainteté qui est essentiellement une expérience d’accueil, d’amour et de miséricorde.

La spiritualité chrétienne est également théologale et nuptiale. Théologale, puisque nous sommes des êtres capables de foi, d’espérance et d’amour, ouverts à la rencontre du Dieu Père, Fils et Esprit. Par ces trois vertus, Dieu se dit, se donne à nous, nous transforme en lui. « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu », selon la formule utilisée par les Pères de l’Église grecs et latins.

Spiritualité nuptiale, puisque notre corps a la capacité d’exprimer l’amour, de devenir don, et que par ce don nous nous réalisons comme des personnes libres, créées « à l’image et à la ressemblance de Dieu » (cf. Genèse 1, 26). Par le baptême, nous sommes mariés au Christ, nous recevons son corps à chaque eucharistie. Toute notre existence est une noce : vie d’union au Père, vie d’amitié dans le Christ, vie de communion avec l’Esprit.

L’attachement au Christ

Les chrétiens se différencient surtout des autres croyants par leur attachement au Christ. S’ils deviennent des maîtres spirituels, c’est par pure grâce de sa part, en vue de l’édification de l’Église, corps du Christ et peuple de Dieu en marche, afin de parvenir ensemble « à la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude » (Éphésiens 4, 13).

Les maîtres et mystiques chrétiens désirent avant tout ne faire qu’un avec le Christ, conformer leur vie à la sienne, s’engager dans la transformation du monde, lutter pour la justice, jusqu’à le suivre dans sa mort et sa résurrection : « Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts » (Philippiens 3, 10-11).

Cette connaissance existentielle du Christ, communiquée par l’Esprit Saint, s’incarne dans différentes écoles de spiritualité issues des charismes des fondateurs et des maîtres spirituels : école bénédictine, cistercienne, franciscaine, dominicaine, ignacienne, carmélitaine, et tant d’autres à travers l’histoire. Tous des chemins différents pour mieux s’identifier au Christ dans la foi, l’espérance et l’amour, mais c’est toujours le même Dieu Trinité qui est aimé et célébré.

Les maîtres chrétiens, hommes et femmes, sont pour la plupart des saints et des réformateurs qui vivent ce qu’ils écrivent. Leurs messages rayonnent de la victoire du Christ au matin de Pâques, de la vie plus forte que la mort. Leur science est d’amour ; elle n’a pas d’autre but que l’union avec Dieu à l’intérieur de l’âme. Par eux, le christianisme est la religion du contact, du toucher, du visage, de l’amour.

 

Pour aller plus loin, voir Sainteté dans l'onglet Livres de mon site.

Notez cet article:
Les maîtres spirituels chrétiens (2)
Prière pour l'unité

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
2 juin 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 2 juin 1972 marque le jour de ma conversion, de...
4222 lectures
Jacques Gauthier
26 février 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Chaque carême, l'Église propose de faire avec Jésu...
2267 lectures
Jacques Gauthier
5 juin 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
L’adoration et la procession eucharistiques, surto...
2056 lectures
Jacques Gauthier
5 septembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le pape François a décrété le samedi 7 septembre, ...
2414 lectures
Jacques Gauthier
16 décembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans une entrée de mon Petit dictionnaire de Dieu,...
2494 lectures