Un conte pour l'Épiphanie

 Noël est propice aux contes, et l'Épiphanie aussi. Ce mot signifie apparition, manifestation. La fête liturgique a été fixée au 6 janvier dès le 4e siècle pour commémorer le mystère de l'incarnation du Christ et célébrer la lumière du Christ qui brille sur le monde. J'ai écrit il y a quelques années un conte pour l'Épiphanie que je vous partage en guise de présent. 

Les Mages arrivèrent fatigués à Jérusalem. Ils avaient marché plusieurs jours sur les routes poussiéreuses d’Orient. Habitués à scruter les astres, ils cherchaient à résoudre l’énigme de leur quête. Ils demandèrent à des passants, en les fixant dans les yeux pour se faire bien comprendre : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » (Matthieu 2, 2) Comme réponse, toujours le même silence, aussi mystérieux que celui de la nuit.

Hérode, qui avait eu vent de leur arrivée, les convoqua discrètement et les envoya à Bethléem, où, selon la prophétie, devait naître le Messie. « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille moi aussi me prosterner devant lui. » (Matthieu 2, 8) Hérode craignait tellement de possibles rivaux, qu’il voulait éliminer dès maintenant cet enfant roi.

Les Mages reprirent la route avec l’étoile en tête, la gardant dans leur cœur, sous leurs longues capes. N’avaient-ils pas tout quitté pour elle : femmes, enfants, maisons? L’obscurité déroulait sa longue nappe sur leurs pas méditatifs. « La nuit est nécessaire pour que l’étoile nous livre son secret et que la lumière brille sur les nations », se disaient-ils en marchant. Pendant qu’ils devisaient, ils entendirent au loin des lamentations. Ils coururent et virent un homme à moitié mort sur le bord de la route. Saisis de pitié, ils pansèrent ses plaies, chargèrent le blessé sur un dromadaire, le conduisirent dans une auberge, offrirent de l’or à l’aubergiste pour qu’il prenne bien soin de lui.

La nuit était déjà avancée lorsqu’ils repartirent vers Bethléem. Ils croyaient s’être perdus, lorsque leur étoile réapparut dans le ciel. Une grande joie les inonda. Leurs pas devinrent plus légers, leurs corps plus aériens, leurs visages plus jeunes, comme si l’Enfant de Bethléem rayonnait déjà sur eux. Quelle ne fut par leur surprise en voyant une deuxième étoile qui brillait avec grand éclat au-dessus du lieu où se manifestait la présence de Dieu parmi les hommes.

Prires Qubec Lorsque les Mages virent l’enfant avec Marie et Joseph, ils se prosternèrent devant lui pour l’adorer, comme ils s’étaient penchés avec compassion sur la misère de l’homme blessé. Dieu et l’homme étaient désormais si intimement liés dans la même aventure que toucher l’un c’était toucher l’autre. Depuis cette nuit unique où l’Amour s’est abaissé dans le ciel de notre âme, les étoiles de la miséricorde scintillent par milliers.

Prière

L’aube de janvier s’ennuie-t-elle de la rosée,
et la lune ignore-t-elle les étoiles?
Même si cela était possible,
je sais, Seigneur, que tu ne m’oublieras jamais.
Tu es là et cela suffit pour ma quête.
 
Aucune étoile ne perce le secret de ma nuit,
sinon la foi qui me guide mieux que le soleil
sur une route connue de toi seul,
Enfant de Bethléem, Dieu fait homme.
 
Pour aller plus loin, voir Notre coeur n'était-il pas brûlant?  
Un Dieu si fragile
Le nom de Jésus

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
22 août 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Née à Lima le 20 avril 1586 de Gaspar del Flores e...
4320 lectures
Jacques Gauthier
20 avril 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Lumière au froid tombeau de pierre,éveil d'un chan...
2343 lectures
Jacques Gauthier
29 mars 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Au milieu du feu, tu apparaîtrascomme flamme uniqu...
2075 lectures
Jacques Gauthier
7 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
- La Bible. Traduction officielle liturgique....
2320 lectures
Jacques Gauthier
27 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 9 août 2013, le pape François écrivait sur Twit...
2458 lectures