Fille de la terre
à l’aurore de l’Esprit,
l’éclair de l’ange qui te traverse,
miroir parfait de l’amour
dès le premier jour,
pour devenir de l’Éternel
un jour la Mère,
réjouis-toi.
 
annonciation
 
Nouvelle Eve comblée
du sang de l’Aimé,
ton oui change l’histoire,
passage enfin ouvert
où le Verbe se fait chair,
réjouis-toi.
 
Femme exultant dans la Présence,
ton magnificat invite à la danse,
vie qui nous console,
Dieu en toi,
début du poème,
réjouis-toi.
 
Marie des univers nouveauxMarie
au sommet des noces,
carrefour de nos croix,
si près de nous
en plein silence
de notre quête de joie,
résurrection à venir,
réjouissons-nous.
 
Tiré de Jacques Gauthier,  Prières de toutes les saisons, p. 42-43.