Qui est saint Jean Baptiste?

Le 24 juin est une journée fériée au Québec. La Saint-Jean-Baptiste est devenue la fête nationale des Québécois en 1977. On a tenté de remplacer le nom par fête nationale, mais c’est toujours la Saint-Jean dans le coeur des gens, comme quoi on n’élimine pas facilement le passé.

Cette fête est d’abord d’origine païenne; on allumait des grands feux pour célébrer le solstice d’été. Elle fut ensuite récupérée par l’Église en l’associant à la naissance de Jean Baptiste, le précurseur du Christ, lumière du monde, dont on fête la naissance six mois plus tard à Noël. Dès le VIe siècle, on soulignait la naissance du Baptiste en allumant des feux de joie, appelés « les feux de la Saint-Jean », bénis par le clergé.  

Si saint Joseph est le patron du Canada, saint Jean Baptiste est le patron spécial des Canadiens-français. La fête de la Saint-Jean n’est pas seulement pour les Québécois, on peut dire que c’est la fête de tous les francophones d’Amérique. 

Une voix qui crie dans le désert

Dans un Québec où la devise est « Je me souviens », il est bon de retourner aux sources bibliques et de se demander : Qui est Jean le Baptiste? Issu d’une famille sacerdotale, il est consacré à Dieu par Zacharie et Élisabeth dès sa naissance. Il a probablement vécu avec les moines esséniens de Qumrân sur les bords de la mer Morte. Au temps de Jésus, la renommée de cet ascète se répand dans tout le pays. Vêtu d’une peau de chameau, il se nourrit de sauterelles et de miel sauvage. Il prêche la repentance, prépare le chemin du Seigneur, appelle à la conversion, annonce le royaume de Dieu, baptise sur les rives du Jourdain, d’où son nom de Baptiste. Il dénonce la conduite d’Hérode, ce qui lui vaut d’être emprisonné dans la forteresse de Machéronte, puis tué par Hérode pour une danse de Salomé.

Cette figure énergique du Nouveau Testament est assez mal connue. On l’a souvent présenté comme un enfant frisé avec un mouton. Jean est appelé par Dieu à être le précurseur du Messie, il est la voix qui crie dans le désert. Pour mieux connaître ce prophète du Très-Haut qui marche devant le Seigneur, je lui ai posé quelques questions.

Conversations avec Jean le Baptiste

L’an quinze du principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode, tétrarque de Galilée, la parole de Dieu t’est adressée à toi, Jean, fils de Zacharie, qui vis au désert de Judée. Tu proclames un baptême de repentir pour la rémission des péchés. Que dis-tu aux foules?

— « Convertissez-vous, car le royaume des cieux est tout proche »… (Mt 3, 2).

Que devons-nous faire?

— « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même! » (Lc 3, 10).

Ce repentir ne passe-t-il pas aussi par l’humilité et la foi en celui qui baptise dans le feu de l’Esprit?

— « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint » (Mc 1, 7-8).

Tu es donc le précurseur du Christ, c’est-à-dire un ouvreur d’horizon, un passeur de sens, un pisteur du désert, un sourcier du Verbe fait chair, un messager de Dieu, un solitaire au regard brûlé par l’attente de l’époux. C’est ta vocation et ta mission. Tu es appelé pour être envoyé en avant du Christ afin de préparer le chemin.

— « Un homme ne peut rien s’attribuer, sauf ce qu’il a reçu du Ciel. […] Je ne suis pas le Messie, je suis celui qui a été envoyé devant lui. L’époux, c’est celui à qui l’épouse appartient; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux » (Jn 3, 27.29).

Voilà ta joie! Entendre la voix de l’époux. Tu avais aussi tressailli d’allégresse dans le sein de ta mère Élisabeth lorsque Marie, enceinte de Jésus, visita sa cousine.

— « C’est ma joie, et j’en suis comblé. Lui, il faut qu’il grandisse; et moi, que je diminue » (Jn 3, 29-30).

Jésus parle de toi comme étant la lampe qui brûle et qui luit. Tu joues le rôle d’Élie revenu sur terre pour manifester Jésus en tant que Christ et Messie. D’ailleurs, plusieurs te prennent pour Élie, d’autres pour le Christ. Que dis-tu de toi-même?

— « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe » (Jn 1, 23).

Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le prophète?

— « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas » (Jn 1, 26).

Montre-nous celui que nous ne connaissons pas.

— « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29).

Tu es une voix qui crie dans le désert; tu es une main qui baptise sur les rives du Jourdain; tu es un doigt pointé vers la Voie à suivre. Et voici que tu baptises l’Agneau de Dieu, toi qui es son ami, son témoin, sa lampe. Qu’as-tu vu?

— « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ”L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.” Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu » (Jn 1, 32-34).

En tant que précurseur, tu es à la porte du Royaume. Tu es le dernier de la lignée de Moïse et des prophètes; ta prédication est un prélude à l’Évangile. Tu prépares la révélation de l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Aussi le plus petit dans le Royaume est plus grand que toi. Ce n’est pas te déprécier. La mort-résurrection du Christ transcende les temps anciens. Avec le Christ, nous sommes dans une nouvelle création, un nouvel ordre du salut que tu entrevois dans la foi. Voici le beau témoignage que Jésus te rend :

— Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés voir au désert? un roseau agité par le vent?... Alors, qu’êtes-vous donc allés voir? un homme aux vêtements luxueux? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir? un prophète? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui » (Mt 11, 7-11).

Toi, Jean, tu es le pont entre l’Ancien et le Nouveau Testament, le trait d’union entre deux époques de l’œuvre divine. Tu résumes en ta personne toute l’histoire du salut; tu réunis en ta mission les différents chemins qui mènent à la sainteté. Tu témoignes de ta foi jusqu’au martyre, dénonçant l’adultère d’Hérode qui a épousé la femme de son frère. Et ta lampe s’éteint dans la prison pour que brille le Christ, la lumière du monde. Et ta tête apportée sur un plat par la fille d’Hérodiade porte une couronne de gloire. Et ta voix s’amplifie dans la mort pour que crie la Parole faite chair.

Prière

Qu’attends-tu, veilleur de Dieu?
Ne vois-tu pas l’Agneau qui vient?
Ne sens-tu pas en toi son feu?
Serait-ce lui qui prend ta main?
 
Soutiens-nous dans nos déserts.
Rends brûlant le désir de notre cœur.
Entretiens la lampe de notre prière.
Montre-nous le chemin du Seigneur. 
 
Pour aller plus loin: Les saints, ces fous admirables (Novalis / Béatitudes).
Mon émission à Radio VM: 24 juin. Jean Baptiste, le précurseur du Christ.
École de prière (10) Priez sans cesse
Adoration d'une nuit d'été

Sur le même sujet:

 

abonnez vous blog up

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
16 avril 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Plus j’avance sur les chemins de la prière, plus c...
2619 lectures
Jacques Gauthier
2 mai 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
En Occident, l’Église célèbre ensemble ces deux ap...
1158 lectures
Jacques Gauthier
12 mai 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
"L'abandon, ce fruit délicieux de l'amour", disait...
2938 lectures
Jacques Gauthier
19 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
De 1973 à 1977, j'étais novice à l'abbaye cisterci...
3616 lectures
Jacques Gauthier
5 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Pourquoi prier? Y a-t-il une réponse définitive à ...
4081 lectures