Servir et donner

« Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Matthieu 20, 28) Cette parole de Jésus aux Douze m'interpelle en ce temps de carême.

Servir

Il y a plusieurs manières de servir les autres et de donner la vie. Par exemple, mettre un enfant au monde, c’est poser un geste de foi et de confiance en l’avenir. Il y a dans chaque naissance un mystère qui nous dépasse, une promesse qui commence. À cet égard, nous n’avons jamais fini de naître, car nous n’avons jamais fini de servir et de donner, de grandir et d’aimer.

Servir et donner à la manière de Jésus, c’est oser la confiance et prendre le pari de la foi, alors que l’avenir semble bloquer par tant d’obstacles : attentats terroristes, changements climatiques, exploitations des plus faibles, chômage… Croire sera toujours un risque, puisque l’amour seul est digne de foi, et cet amour se vit dans le don, le pardon, le service. C’est le pouvoir de l’amour qui nous intéresse, non l’amour du pouvoir. Résistons à la tentation de nous servir du pouvoir pour asservir les autres.

La foi reste une quête et un combat sans cesse repris, une marche à tâtons dans l’attente et l’espérance, le don et le service. La foi chrétienne nous pousse à servir les autres comme Jésus qui a lavé les pieds de ses disciples. Le lavement des pieds est un exemple que Jésus donne pour que nous devenions comme Dieu : décentré, dépouillé, transparent et vulnérable.

Nous ne pouvons pas aimer et croire à la place des autres, mais seulement favoriser une vie qui soit plus humaine, donc plus divine. La foi en la Bonne Nouvelle du Christ nous rappelle que ce n’est pas la capacité de produire qui donne de la dignité à l’être humain, mais le fait qu’il soit créé à l’image de Dieu, sauvé dans le Christ. Les enfants, les malades, les aînés, parce qu’ils sont souvent improductifs aux yeux de la société, nous montrent la primauté de l’être sur l’avoir, du service sur le pouvoir.

Prière

Seigneur Jésus, tu es venu non pour être servi mais pour servir. Je te rends grâce pour toutes les personnes qui servent par amour, qui donnent sans compter. Ne les oublie pas à l'heure de l'épreuve. Soutiens-les par ton Esprit et comble-les de ton amour.

Extrait de mon carnet de carême 2018 pour la réflexion et la prière quotidiennes, Oser la confiance, Vie liturgique, Novalis, p. 16.
Pour aller plus loin: L'aventure de la foi, quinze variations.

Un souffle de poésie en mars
L'évangile de Jean et Thérèse de Lisieux

Sur le même sujet:

 

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.jacquesgauthier.com/

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
26 décembre 2012
Le blogue de Jacques Gauthier
Le soir du 25 décembre, je reçois un courriel d'un...
10863 lectures
Jacques Gauthier
28 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le mot Avent vient du latin Adventus qui dési...
5469 lectures
Jacques Gauthier
8 juillet 2018
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans son livre, Le poème de la sainte liturgi...
3417 lectures
Jacques Gauthier
21 janvier 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
La foi est une expérience qui indique une directio...
7720 lectures
Jacques Gauthier
19 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
De 1973 à 1977, j'étais novice à l'abbaye cisterci...
7037 lectures