Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Les défis de la soixantaine: introduction

Defis soixantaine
Voici l'introduction de la nouvelle édition revue et aumentée du livre Les défis de la soixantaine, Paris/Montréal, Emmanuel/Novalis, 248 pages, 2021, 17€, 27,95$.  La vie humaine est un chemin en perpétuelle transformation avec ses lignes droites et ses tournants, ses montées et ses descentes. Nous marchons plus ou moins seul dans ce voyage unique, car la route varie pour chacun d’entre nous. Rien n'est tracé d'avance. Naître, grandir et mourir en sont les grands mouvements. Nous avançons en franchissant des étapes et en relevant les défis inhérents à chaque âge : l’enfance, l’adolescence, l’adulte, la vieillesse. Chaque seuil franchi comporte une crise de croissance par laquelle l’individu se fait ou se défait, grandit ou régresse, s'ouvre ou s'enferme. Les âges de la vie sont séparés par des crises. Ils représentent des formes fondamentales de l'existence humaine, des façons caractéristiques de la vie de l'homme aux diverses périodes de sa route, de la naissance à...
Lire la suite
  488 lectures
  0 commentaires

Le germe de vie

graines
Le germe, personne ne l’aperçoit quand le grain meurt. La nuit seule en est témoin. Un jour paraît la pousse. Mais il en a fallu des nuits pour en arriver là! Dieu est en nous comme une semence et son règne germe dans notre humanité. Il est patient, son temps n’est pas le nôtre. Sa semence travaille en secret. C’est lui qui fait grandir. Baptême de lumière, prière de silence. « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi » (Marc 4, 26-28). Qui donne reçoit. Rien ne se perd quand c’est de l'amour. En échange de ce qui est périssable, nous récoltons un fruit qui demeure. Il ne manque que la...
Lire la suite
  5370 lectures
  0 commentaires

L'acte de foi: confiance, liberté et relation



La foi, en général, est bienfaisante pour tous. Nous en avons besoin dans nos sociétés pour que la confiance et la loyauté règnent dans les échanges. Les racines latines du mot foi, fides, et du verbe croire, credere, expriment l’idée de confiance. On met sa confiance en quelqu’un, en quelque chose ; on se confie, on se fie à un autre que soi. Et cela commence très tôt. Le petit enfant s’éveille normalement à la vie d’après la confiance qu’il développe envers sa mère, son père, les personnes qui l’entourent. Comment s’épanouir si on ne croit pas en soi et en les autres, si on ne fait pas confiance ? Comment grandir individuellement et collectivement si nous accordons seulement la primauté au pouvoir et au savoir, alors que le « croire » est aussi une dimension importante de notre être ? La foi, disait la philosophe Simone Weil, « c’est l’intelligence éclairée par l’amour ». Elle...
Lire la suite
  4028 lectures
  0 commentaires

La quarantaine et la soixantaine



Le directeur de la revue française Nouvelle Cité m'a demandé d'écrire un article sur les défis de la quarantaine et de la soixantaine dans le cadre de leur dossier de janvier-février 2013: "Traverser les crises: les raisons d'espérer". Je vous partage cet article. La vie humaine est en constante évolution. C’est une longue succession d’étapes, de phases, qui va de la naissance à la mort, de l’enfant au vieillard. Chaque décennie a ses caractéristiques que j’ai développées dans mon livre Les défis de la soixantaine : l’enfance et la conscience d’amour, l’adolescence et la quête de sens, la trentaine et l’accueil de la vie, la quarantaine et la crise du désir, la cinquantaine et la force d’un second souffle, la soixantaine et la voie de l’intériorité, la vieillesse et l’approche de la mort. Une crise du désir À la quarantaine, phase de transition par excellence, le changement est plus intense. L’adulte...
Lire la suite
  6273 lectures
  0 commentaires

La famille, lieu de relations

Le dimanche entre Noël et le jour de l'An, l'Église catholique célèbre dans sa liturgie la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. C'est une bonne occasion de réfléchir sur la famille comme lieu de relations: relation avec soi-même, les parents, les frères et soeurs, Dieu. Mais nous savons bien que la vie de famille n'est pas toujours rose. L'Ancien Testament met en scène des histoires de familles concrètes qui sont assez scabreuses: conflits, meurtres, jalousies. Pensons aux familles de Noé, de Jacob, de Moïse, de David... Pourtant, ce sont au sein de ces familles que l'histoire du salut se déploie. Certes, la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph est exemplaire à plus d'un titre, non pas comme modèle socioculturel, car la société change, mais comme modèle de foi, d'espérance et d'amour.  Une communauté en croissance On peut définir la famille comme une société d'échange où les parents et les...
Lire la suite
  4137 lectures
  0 commentaires

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
27 décembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
La vie est un mystère qui nous échappe, mais l'amo...
5166 lectures
Jacques Gauthier
13 décembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 14 décembre, l'Église honore la mémoire de ...
4048 lectures
Jacques Gauthier
20 décembre 2019
Le blogue de Jacques Gauthier
J’ai eu la grâce de publier récemment des biograph...
1548 lectures
Jacques Gauthier
26 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Chaque JMJ est un grand happening de la foi qu’on ...
4410 lectures
Jacques Gauthier
17 novembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le discours apocalyptique qu’on retrouve dans l’év...
3372 lectures