Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Mystère pascal de Noël

Noel3
Noël est arrivé avec sa féérie et ses cantiques. Ce temps de rassemblements et de réjouissances est souvent teinté de nostalgie et de mélancolie. Plusieurs personnes ressentent la solitude pour de multiples raisons : deuil, séparation, maladie, épuisement... Des blessures resurgissent et prennent du temps à cicatriser. C’est pourtant là, dans l’indigence de notre crèche intérieure, que l’enfant de Bethléem se révèle, non pour dissimuler le manque qui nous habite, mais pour partager avec nous son désir d’aimer, sa soif de nous rencontrer au cœur même de notre détresse.Une expérience pascale Le mystère de Noël annonce celui de Pâques : dépouillement de la crèche et du tombeau, passage des ténèbres à la lumière. Ainsi, la fête de saint Étienne, diacre et premier martyr, est célébrée le lendemain de la solennité de Noël. À première vue, ce rapprochement peut nous surprendre, car le drame d’Étienne contraste avec la joie de Noël. Pourtant, nous célébrons deux naissances : celle de...
Lire la suite
  586 lectures
  0 commentaires

La croix assumée dans l'amour

Croix tabernacle
Le 14 septembre, l’Église fête la Croix glorieuse du Christ. Le mystère de la Croix est inséparable de la puissance de la résurrection. En ces temps de consommation et de divertissement, peut-on comprendre ce langage de la croix ? Il sera toujours fou et scandaleux, nous dit saint Paul, remettant en question notre logique humaine. « Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts » (Philippiens 4, 10-11). Victoire de la croixLe Père a voulu que son Fils triomphe du péché et de la mort, de la souffrance et du mal, en le ressuscitant. Le salut qu’il apporte n’appartient pas à la pensée magique. Le Christ, par la puissance d’amour qui jaillit de sa croix, nous aide à résister aux...
Lire la suite
  769 lectures
  0 commentaires

La substitution au Christ

Jesus Simon cyrene
La Semaine sainte est une belle occasion de méditer sur le sens profond de la souffrance assumée dans l’amour. Jésus offre librement sa vie par amour en prenant nos péchés sur lui pour nous sauver. Il nous invite à participer à sa souffrance et à sa mort pour qu’il ressuscite en nous et dans les autres. C’est ce que saint Paul a montré en voulant prendre sur lui la malédiction qui pesait sur ses compatriotes : « Moi-même, pour les Juifs, mes frères de race, je souhaiterais être anathème, séparé du Christ » (Romains 9, 3). Cette substitution au Christ lui fera dire : « Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns » (1 Corinthiens 9, 22). Vivre pour les autresLe serviteur souffrant d’Isaïe préfigurait cette substitution : « C’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri...
Lire la suite
  1345 lectures
  0 commentaires

À Notre-Dame de Paris

Notre Dame de Paris
 
Marie, tu n’as pas abandonné ton fils
aux supplices de la croix et de la mort,
mais tu as enfanté avec lui 
l’humanité nouvelle.
 
Aujourd’hui, tu es toujours là, 
présente,
silencieuse, 
compatissante,
en écho à nos souffrances.
 
Ne délaisse pas tes enfants de la terre
qui peinent sous le poids de l’épreuve.
 
Nous te contemplons debout 
au pied de la croix en flammes,
l’âme traversée d’un glaive,
ta force nous redonne courage.
 
Notre Dame des larmes,
si proche de nos douleurs,
aide-nous à rebâtir ton église
qui tombe en ruines.
 
Lire la suite
  1300 lectures
  0 commentaires

École de prière (77) L'oraison, apprendre à mourir

Mort
 « Le sentiment universel de piété a donné la prière, et celle-ci produit de la religion », écrivait le poète Novalis. Littéralement, prier est un acte de religion par lequel on s’adresse à Dieu. Ainsi, quand un événement se fait menaçant ou que la mort frappe à la porte, la personne a souvent le réflexe d’implorer un être supérieur qui peut la secourir. Mais prier, c’est aussi se mettre en présence de Dieu en se recueillant, en méditant sa parole, en le rencontrant tout au long de la journée par des actes intérieurs de foi, d’espérance et d’amour. Prier ainsi dans le silence nous apprend à mourir. Car ce n’est pas une mince affaire que de durer dans la prière, d’être attentif au mystère de Dieu, de lui offrir notre patience devant son silence, de nous abandonner à sa miséricorde en nous laissant transformer par son Esprit d’amour. Mourir à soi-mêmeLa prière intérieure...
Lire la suite
  1406 lectures
  0 commentaires

Ma vie comme mission

Mission
Le pape François a voulu que le mois d’octobre 2019 soit nommé Mois missionnaire extraordinaire. Le thème : « Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde ». Il propose quatre dimensions spirituelles pour bien intégrer la Mission dans la vie : la rencontre personnelle avec le Christ, le témoignage des saints, la formation catéchétique à la Mission, la charité missionnaire. Je vais surtout me concentrer sur le premier point en partageant avec vous mon témoignage du Christ.Être aimé de DieuJe suis aimé de Dieu. Voilà l’essentiel de ma vie. Dès ma jeunesse, je parlais à Jésus comme à un ami. Je lui chantais spontanément des chansons, lui confiant mon désir d’être son missionnaire, son témoin. Qui avait mis un tel amour et un tel désir dans mon cœur? L’Esprit Saint, sans doute ! « L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné »...
Lire la suite
  1398 lectures
  0 commentaires

Tragique lumière de Noël

Creche 2015
Voici la plus grande histoire du monde qui fait toujours rêver : la naissance de Jésus à Bethléem. Voici la venue de l’enfant juif qui illumine la nuit de sa lumière et qui n’a pour puissance que son dénuement. Voici le Fils du Père qui épouse notre nature pour naître chaque jour en nous. C’est Noël, la nouvelle alliance du Dieu fait homme qui unit le ciel et la terre.  « Le Verbe s’est fait chair, et les journalistes de ce temps-là n’en ont rien su! », écrit Bernanos dans son Journal d’un curé de campagne. Comment rendre compte aujourd’hui de ce grand mystère de l’Incarnation ? Un regard de foi le dévoile, mais il reste ignoré de plusieurs, sauf des anges, des bergers, des exclus, de ceux et celles qui sont petits et fragiles comme l’Enfant-Dieu.Les décorations et réjouissances de Noël voilent la tragique lumière exprimée dans le dépouillement de la crèche. Car...
Lire la suite
  1865 lectures
  0 commentaires

La plaie de l'alliance

Sang
La croix se dresse sur la collinel'étrange douleur effleure les côtesmarée montante de l’angoisse abyssaledu corps entier foulé dans le pressoir Tu enfantes des âmes chaque jourgrain de blé mûri pour la moissonla meule du moulin tourne à l’enverschamp du monde jonché d’os  Tu laisses des paroles à la traînecailloux rougis sur notre route pour mieux retrouver ton nomton visage voilé au désert  La terre et le ciel réunisle temps et l’espace suspendustout le sang coagulé dans une larmesel du juste qui fait pencher la balance Le fil sur le point de se rompreau moindre cri à bras-le-corps prière qui exorcise le mal fige le corps perce le cœur La chair meurtrie dans la nuitn’en finit plus de vibrer de lumièresouffle de l’âme en partance du royaume inconnu de la soif Tu accueilles la plaie visible de l’alliancefeu qui consume le calice des fleursau centre habité de l’humble présenceblessure qui guérit en blessant de nouveau Pour aller plus loin: Georgette Faniel, le...
Lire la suite
  1273 lectures
  0 commentaires

École de prière (59) Faire le signe de la croix

signe de croix3
Combien de fois faisons-nous le signe de la croix machinalement? Ce geste n’est pas banal. Il unit le ciel et la terre, enveloppe tout l’être de la présence trinitaire, rassemble l’humain et le divin à ce point central qu’est le cœur. Nous témoignons ainsi de notre foi avec notre corps. Des chrétiens sont morts martyrs pour l’avoir fait dans des pays qui ne tolèrent pas la foi chrétienne.Faire le signe de la croix, seul ou en groupe, c’est marquer notre appartenance au Dieu Père, Fils et Esprit. Faisons-le donc lentement. Marie recommandait à sainte Bernadette à Lourdes de faire ce geste « long, large et lent ». Nous signifions que Dieu est inscrit dans notre chair. Depuis que nous sommes baptisés dans la mort et la résurrection du Christ, nous avons Dieu chevillé au corps.Dieu au corpsDieu n’est pas une énergie cosmique impersonnelle, mais un être de relation. Il nous aime personnellement et...
Lire la suite
  5706 lectures
  0 commentaires

Prière à Notre-Dame des Douleurs

Marie des douleurs
Marie, tu es mère jusqu’au bout.Tu n’abandonnes pas ton filsaux supplices de la croix et de la mort,mais tu enfantes avec lui l’humanité nouvelle.Tu es là, présente,silencieuse, compatissante,en écho à sa Passionet à nos souffrances. Ne délaisse pas tes enfants de la terrequi peinent sous le fardeau de l’épreuve. Je te contemple debout au pied de la Croix,et je t’accueille chez moi.La vie jaillit de ton âme traversée d’un glaive. Tu rends meilleur celui qui te regarde avec amour,pure grâce de te voir si belle en Dieu,si proche de nos douleurs. Ève nouvelle,pleinement mère au pied de nos croix,guide-nous toujours vers Jésuspour sa joie et la nôtre.  Jacques Gauthier, dans Prier la Parole, no 88, 15 septembre 2017, p. 10.
  2686 lectures
  0 commentaires

La folie de la croix

Croix glorieuse 2
 En Jésus, Dieu se donne lui-même en sacrifice pour le salut de tous les humains. Il est l’Agneau sans tache qu’on immole sans pitié. Il nous lave par son sang, pardonne nos péchés, nous libère de la mort. Ce grand mystère de l’amour qui se donne librement s’appelle la Croix, fête que nous célébrons chaque année le 14 septembre, suivie par Notre-Dame des Douleurs.Puissance et sagesse de DieuLa croix du Christ est devenue un signe de bénédiction par sa mort et sa résurrection. C’est une fierté au cœur de tout baptisé, parce qu’elle manifeste le don de Dieu : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jean 3, 16). Il est sur ce bois le Fils qui, par sa croix, nous rend la vie. Son corps en croix est la plus belle parole d’amour jamais prononcée. C’est l’amour qui le tient, non les clous, disait...
Lire la suite
  2812 lectures
  0 commentaires

Prendre chez soi Marie

Naissance de Marie
 Dieu nous offre Marie comme s’il nous livrait son cœur. À partir de sa nature humaine, un ciel s'est formé sur la terre. Son corps devient la demeure de Dieu, son paradis d’amour. Sa naissance fait lever sur le monde l’aurore du salut, prélude de notre joie.Marie, comme une terre féconde, accueille le souffle de la parole frémissante pour que germe le grain. Son lait et son sang le font grandir. Son accueil délivre la matière conçue de l’Esprit. Avec Joseph, ne craignons pas de prendre chez nous la servante du Seigneur. Transparente Marie, la sans tache, vierge dans la matière, nous apporte la lumière et la soif. Son oui inaugure l’ère de la nouvelle création. Elle vibre à la lumière du nouveau soleil comme aucune autre personne. Son oui délivre tout un peuple. Nos oui s’ajoutent au sien.La joie du message fait le tour de la terre. Marie a vécu la plus...
Lire la suite
  2301 lectures
  0 commentaires

Transfiguré et défiguré

Transfiguration 3
Cette année, nous célébrons la Transfiguration du Seigneur un dimanche. Cette fête est très importante chez les chrétiens orthodoxes. Elle l’est également pour moi, non seulement parce que l’une de mes filles est née un 6 août, mais parce que la lumière qui émane de Jésus transfiguré fait ressortir l’éclat du beau qui habite en nous. Dieu n’est pas seulement le bon Dieu, il est aussi le beau Dieu qui s’est fait visage en l’être humain créé à son image et à sa ressemblance.Une expérience lumineuseEn ce jour de lumière, Jésus révèle la gloire de sa nature divine à ses apôtres Pierre, Jacques et Jean. Son visage change d'aspect et ses vêtements deviennent d'une blancheur éclatante. Pierre rappelle qu’ils ont été « les témoins oculaires de sa grandeur » (2 Pierre 1, 16). Ils étaient là sur la montagne sainte, ils ont entendu la voix venant du ciel qui disait : « Celui-ci est mon...
Lire la suite
  2116 lectures
  0 commentaires

Chemin de croix avec Jésus

Croix via dolorosa
1ère station. Jésus est condamné à mortAlors, il leur relâcha Barabbas ; quant à Jésus, il le fit flageller, et il le livra pour qu’il soit crucifié. (Mt 27, 26)Jésus, ta vie nul ne la prend, tu la donnes librement avec amour. Tu prends sur toi la condamnation qui pèse sur Barabbas, sur tout le genre humain. Tu es flagellé, couronné d’épines, livré pour être crucifié. Béni sois-tu de vaincre les ténèbres du mal par la puissance de ton humilité. 2ème  station. Jésus est chargé de sa croixSi quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. (Mt 16, 24)Jésus, tu es chargé de ta croix comme Isaac porta sur son dos le bois de son holocauste. Elle est l’arbre de vie qui nous ouvre les portes du Ciel. Nous marchons à ta suite sur les via dolorosa du monde. Nous prenons nos...
Lire la suite
  2037 lectures
  0 commentaires

Le paradoxe chrétien

Croix eglise
Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix, du rythme des mots qui épouse celui du corps. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète : « Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? », me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère, comment reconnaître que Jésus est le Christ?Dieu est paradoxeL’apôtre Philippe demanda à Jésus : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ». Jésus lui répondit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14, 8-9).Que Dieu se laisse voir dans un visage humain, c’est inconcevable pour plusieurs....
Lire la suite
  3557 lectures
  0 commentaires

Au vendredi de nos croix

Sainte Face
Donne à notre prière, Seigneur,la foi qui relance le désir de te chercher,l’espérance qui dénoue le cœur inquiet,l’amour qui désencombre l’âme distraite. Tu es plus proche que ce qui nous éloigne,Père caché au creux de nos amours,si présent en tout ce qui est humain.Aide-nous à prier sans cesse dans l’Esprit. Fais-nous découvrir les clés de la prière.Que nos portes s’ouvrent à ta miséricorde,Amour désarmé aux mille visages,que nous entendions ta paroledans la rumeur de nos mots. Pourquoi crier ton nom au-dehors?Il jaillit en notre puits comme une source.Dieu caché, visible sur le visage du Crucifié,compagnon d’épreuve qui nous parle au-dedanslorsque tout semble se taireau vendredi de nos croix. Jacques Gauthier, Prières de toutes les saisons, Parole et Silence / Bellarmin, p. 48. 
  2487 lectures
  0 commentaires

Servir par amour

Louis et Zelie Martin
L'évangile de ce 29e dimanche nous montre Jésus qui monte à Jérusalem. Il marche seul, en avant de ses disciples. Il est absorbé dans sa relation avec le Père. Jacques et Jean s’approchent alors de lui pour lui demander une faveur. Jésus leur pose d’abord une question, comme on le voit en d’autres occasions dans l’Évangile, car il aime que nous lui exprimions notre désir : « Que voudriez-vous que je fasse pour vous ? » (Marc 10, 36) La réponse des deux frères : que l’un siège à sa droite et l’autre à gauche dans sa gloire. Bref, les deux fils de Zébédée veulent obtenir les premières places.Prendre sa croix à la suite de Jésus Alors que Jésus confie à ses disciples qu’il sera livré aux mains des hommes, qu’ils le tueront et qu’il ressuscitera, eux ne comprennent pas et n’osent pas l’interroger à ce sujet. C’est Jésus qui, une...
Lire la suite
  3627 lectures
  0 commentaires

À Paris, avec Thérèse, pour Jésus

Semaine theresienne
Jesus raconte par
Je me prépare de nouveau à partir pour la France et c'est toujours exaltant, quoique plus fatiguant à 63 ans. La première fois, j'avais vingt ans, et toutes mes dents. C'était en mars 1973. Tout était à découvrir. Je désirais vivre l'Évangile à fond, suite à une conversion au Christ le 2 juin 1972. J'ai vécu six mois à l'Arche de Jean Vanier, près de Compiègne, en partageant le quotidien avec des personnes handicapées. Je suis revenu au Québec pour vivre quatre ans comme novice à la Trappe d'Oka. Puis ce furent les études en théologie à l'UQTR et à l'Université Laval. J'ai fait un doctorat sur le poète Patrice de La Tour du Pin, d'où mes nombreux séjours dans sa famille à Paris et au Bignon-Mirabeau, dans le Loiret. Je suis retourné en France à d'autres occasions pour de mémorables tournées autour des livres La crise de la quarantaine et...
Lire la suite
  3524 lectures
  0 commentaires

4 août: saint curé d'Ars (1786-1859)

z1150
Au calendrier liturgique, il est saint Jean-Marie Vianney. Pour les foules, il est d’abord le saint curé d’Ars. Cet homme de prière a su vaincre les obstacles qui se dressaient devant lui. Qu’il soit en chaire ou au confessionnal, sa connaissance progressive de la miséricorde infinie de Dieu le brûlera d’amour. Sa bonté joyeuse, sa foi agissante, son accueil inconditionnel de l’autre transformeront la petite paroisse d’Ars en un important centre de pèlerinage pour tous et en un foyer spirituel pour les prêtres. (Merci au frère Dominique Savio Marie de l'abbaye bénédictine Saint-Joseph de Clairval (France) pour l'autorisation de reproduire ce tryptique du curé d'Ars) Un amour qui persévèreJean-Marie Vianney est né le 8 mai 1786 à Dardilly, près de Lyon. Quatrième d’une famille de six enfants, ses parents sont de modestes paysans qui ont à cœur la prière en famille et l’accueil des plus pauvres. L’enfant a trois ans lorsqu’éclate la Révolution Française, et...
Lire la suite
  5122 lectures
  0 commentaires

Saint Paul et la sagesse divine de la croix

St Paul ephesus
Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète. Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère? Saint Paul évoque très bien ce paradoxe d’un Dieu qui s’abaisse par amour jusqu’à s’anéantir sur la croix pour nous élever par sa résurrection (Ph 2, 6-11).Paradoxe chrétien d’unir ainsi souffrance et joie, vendredi saint et Pâques, puisque l’amour de Dieu absorbe tout. Paradoxe du langage qui a besoin du silence pour méditer ce mystère de la kénose divine (anéantissement). Paradoxe de Dieu qui a besoin de nous pour se révéler. Paradoxe de se vider de soi pour...
Lire la suite
  3981 lectures
  0 commentaires

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
3 janvier 2019
Le blogue de Jacques Gauthier
Que Dieu se laisse voir dans un visage humain, c’e...
1778 lectures
Jacques Gauthier
28 janvier 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Deuxième article d'une série de trois, tiré de mon...
3539 lectures
Jacques Gauthier
27 janvier 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 27 janvier est la journée mondiale pour commémo...
4256 lectures
Jacques Gauthier
27 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 9 août 2013, le pape François écrivait sur Twit...
3498 lectures
Jacques Gauthier
6 août 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Ce texte est un extrait du chapitre "Simon, fils d...
2822 lectures