Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Lâcher-prise ou s'abandonner?

Confiance 2
Dans l'évangile de ce dimanche 2 mars (Matthieu 6, 24-34), Jésus nous invite à nous libérer de l’amour de l’argent qui peut empoisonner nos autres amours. "Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent" (6, 24) Il nous veut tout à lui et à son Père. Il nous invite également à ne pas trop nous soucier de notre vie et du temps qu’il fait, mais à tout accueillir comme venant de la main du Père. « À chaque jour suffit sa peine » (Matthieu 6, 34).  Si le Père nourrit les oiseaux, il nous donne beaucoup plus, nous qui valons plus qu’eux. En effet, il nous nourrit de l’Eucharistie et nous revêt de sa Parole pour bien tenir la route. Il nous donne son Fils, le Verbe de vie, pour qu'il vive et agisse en nous. Cherchons-le, lui, le Dieu fait homme, et cessons de nous regarder, de nous comparer, de nous lamenter....
Lire la suite
  9088 lectures
  0 commentaires

L'expérience de la foi

Desert
Création Michel-Ange
Bon larron
La foi est une expérience qui indique une direction par un autre chemin que la science; elle précède le savoir et elle est non vérifiable en laboratoire. L’expérience de la foi relie l’humain et le spirituel, s’ancre aux grandes questions existentielles, sans verser dans l’individualisme et le relativisme : Qui suis-je ? Quel est le sens et le but de la vie ? Quels sont l’origine et le but de la souffrance ? Quelle est la voie pour parvenir au vrai bonheur ? Qu’est-ce que la mort? Qui est Dieu? L’expérience de la foi s’enracine dans ce questionnement qui sourd de notre terreau humain, d’où l’universalité de la religion. La religion chrétienne, comme toute religion, n’est pas une panacée à tous les problèmes, mais elle inspire une interprétation du monde, une manière d’envisager la souffrance, un engagement dans la société, une confiance en un Dieu Père, une paix dans le Christ, une...
Lire la suite
  6121 lectures
  0 commentaires

7 janvier: Saint frère André

Frere-Andre
Frere-andre-une-pensee-par-jour
Oratoire
À la fin du 19e siècle, un frêle religieux de la Congrégation de Sainte-Croix, portier au collège Notre-Dame à Montréal, contemplait souvent la montagne qui se dressait devant sa fenêtre. Il y voyait un oratoire dédié à la gloire de saint Joseph. Cette vision était portée par une foi à transformer les montagnes. Le rêve deviendra réalité. À sa mort, le 6 janvier 1937, un million de personnes convergeront vers la dépouille de l’humble frère, au pied de l’Oratoire du Mont-Royal, le plus grand lieu de pèlerinage au monde consacré à saint Joseph. Frère André a été canonisé à Rome par Benoît XVI le 17 octobre 2010, devenant ainsi le premier homme né au Canada à recevoir une telle grâce. Normalement, la fête liturgique d'un saint est associée à celle de sa mort, considérée comme le jour de sa naissance au Ciel. Mais comme la solennité de l'Épiphanie est célébrée le 6...
Lire la suite
  6033 lectures
  0 commentaires

Épiphanie, l'étoile des Écritures

Epiphanie 1
Epiphanie 2
Fête de l'Épiphanie ou fête des Rois? Je les trouve bien sympathiques ces mages qui se mettent en route à la suite d'un signe. « Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » (Matthieu 2, 2) L'évangéliste ne dit pas qu'ils sont rois, ni combien ils sont. Leurs noms ne sont pas mentionnés, leur nationalité non plus, ni que l'étoile a guidé toute leur route. Nous savons qu'ils viennent d'Orient, donc qu'ils sont des non-juifs, et qu'ils se rendent à Jérusalem pour se renseigner où trouver le roi des Juifs qui vient de naître. Car le salut est pour tous et Jésus va se manifester (sens du mot épiphanie) à toutes les nations. Ce sont d'ailleurs ces étrangers qui vont reconnaître l'action de Dieu en la personne de Jésus, non les autorités juives représentées par Hérode. Où le trouver? La question "où le trouver" est...
Lire la suite
  4246 lectures
  0 commentaires

Trente-cinq ans de mariage. Lettre à mon épouse

jacques a son mariage 78 - Version 2
35e mariage 2
Pape 2 livre
Le 30 décembre 1978, nous disions devant Dieu et les hommes : « Oui, je le veux ». Tu parles d’une idée de se marier entre Noël et le Jour de l’an, même si les arbres avaient revêtu leurs habits de noce. Trop fatigués pour fêter cet anniversaire chaque année, nous avons préféré le 1er mai, jour où l’on s’est dit « je t’aime » la première fois. De l’absolu de cet amour fondateur découle tout le reste. Trente-cinq ans, déjà ! En me réveillant ce matin, je t’ai dit : « T’as beaucoup ronflé cette nuit ». Pas très romantique, n’est-ce pas ? Et de me répondre : « Après trente-cinq ans, la marchandise est non échangeable ». L’humour, voilà une première pierre à conserver sur le chemin quand on jette un coup d’œil au rétroviseur de notre vie à deux. Humour, humilité, pour être capable de rire de soi, de notre couple, sans blesser. Un couple qui rit est un couple...
Lire la suite
  20480 lectures
  0 commentaires

Marie à l'aube de ma vie

Jacques 7 ans 1ere communion
Marie
Mes parents venaient d’emménager dans leur nouvelle maison à Grand-Mère avec leur enfant d’un an. Ma mère était de nouveau enceinte. Très épuisée vers la fin de sa grossesse, le médecin lui ordonna un repos complet. Craignant pour la santé de son deuxième bébé, elle avait promis à Marie que si l’accouchement se passait bien elle le lui consacrerait. Je fus donc baptisé le 8 décembre 1951, devenant ainsi enfant de l’Église et membre de cette grande famille qu’est la communion des saints. J'ai été oint de l'Esprit, comme Jésus, devenant prêtre, prophète et roi. Marie aura toujours une grande importance dans ma vie, d'autant plus que je suis né près du Sanctuaire Notre-Dame du Cap, très important au Québec. Chaque fois que je la prie, par exemple en récitant le chapelet, ou en le « marchant » avec mon épouse, je sais que les saints ne sont jamais loin, sans parler des...
Lire la suite
  4468 lectures
  0 commentaires

Je crois




L'Année de la foi, ouverte par Benoît XVI le 11 octobre 2012, et qui sera clôturée par le pape François le 24 novembre prochain, aura permis de raviver la foi des catholiques, d'approfondir la rencontre du Christ et de son Église. Personnellement, elle aura été l'occasion d'approfondir l'acte de croire que j'ai décliné en quinze variations dans mon livre L'aventure de la foi. Dans sa lettre encyclique Lumen Fidei, écrite avec Benoît XVI, François a montré qu'on ne peut pas croire tout seul. Bien qu'on dise "je" crois, la foi s'ouvre au "nous" de l'Église. "L'acte de croire s'exprime comme une réponse à une invitation à une parole qui doit être écoutée [.] Il est possible de répondre à la première personne, "je crois", seulement dans la mesure où l'on appartient à une large communion, seulement parce que l'on dit aussi "nous croyons" (no 39). Ainsi, celui qui croit n'est jamais...
Lire la suite
  3427 lectures
  0 commentaires

Le toucher de la foi



L'Année de la foi, annoncée par Benoît XVI le 11 octobre 2012, nous donne l'occasion de réfléchir sur la foi comme un don de Dieu qui appelle une réponse libre de notre part. L'acte de croire est une expérience qui englobe toute la vie. La foi chrétienne n’est pas d’abord une doctrine ou une morale, c’est un toucher et une rencontre. Un contact avec Dieu Le toucher de la mère auprès de son nouveau-né permet un contact par où l'amour s'exprime. Jean-Paul II, qui a fait sa thèse de doctorat sur la foi chez Jean de la Croix, parlait de la foi comme « un contact avec le mystère de Dieu ». On touche Dieu par la foi, à l’exemple de cette femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée » (Marc 5, 28). Jésus lui dira que sa foi l’a...
Lire la suite
  3348 lectures
  0 commentaires

Le don de la foi: écoute et réponse




"La foi est un don gratuit de Dieu qui demande l'humilité et le courage d'avoir confiance et de faire confiance, afin de voir le chemin lumineux de la rencontre entre Dieu et les hommes, l'histoire du salut" (Pape François, Lumen Fidei, no 14).  Don de Dieu La foi en Dieu est un don qui provoque le don de soi, mais c’est Dieu qui a d’abord l’initiative. Les grands témoins bibliques en témoignent : la foi est un don que l’on reçoit de Dieu. Il y a cette ouverture en nous du salut de Dieu révélé en Jésus Christ par l’Esprit Saint qui nous rend capables de l’accueillir. L'être humain est capable de Dieu, dit-on en théologie. Mais alors, pourquoi tous ne reçoivent-ils pas ce don? On peut répondre ainsi: "C’est le mystère insondable de la grâce divine et de la liberté humaine". D'autres peuvent ajouter: "Les voies de Dieu ne sont pas les...
Lire la suite
  4586 lectures
  0 commentaires

L'acte de foi: confiance, liberté et relation



La foi, en général, est bienfaisante pour tous. Nous en avons besoin dans nos sociétés pour que la confiance et la loyauté règnent dans les échanges. Les racines latines du mot foi, fides, et du verbe croire, credere, expriment l’idée de confiance. On met sa confiance en quelqu’un, en quelque chose ; on se confie, on se fie à un autre que soi. Et cela commence très tôt. Le petit enfant s’éveille normalement à la vie d’après la confiance qu’il développe envers sa mère, son père, les personnes qui l’entourent. Comment s’épanouir si on ne croit pas en soi et en les autres, si on ne fait pas confiance ? Comment grandir individuellement et collectivement si nous accordons seulement la primauté au pouvoir et au savoir, alors que le « croire » est aussi une dimension importante de notre être ? La foi, disait la philosophe Simone Weil, « c’est l’intelligence éclairée par l’amour ». Elle...
Lire la suite
  3684 lectures
  0 commentaires

Jésus et l'importance de la foi


L’Année de la foi nous aide à réfléchir sur cette réalité si importante. Croire en Dieu, c’est tout de même bien spécial, puisque l’objet de notre foi nous échappe sans cesse. On veut le toucher, le voir, le retenir, un peu comme Marie-Madeleine au matin de Pâques. Jésus lui en fait le reproche : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. » (Jean 20, 17). Notre attachement au Christ Ce qui différencie le chrétien des autres croyants est son attachement à Jésus Christ, jusqu’à le suivre dans sa mort et sa résurrection : « Il s'agit de connaître le Christ, d'éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en reproduisant en moi sa mort, dans l'espoir de parvenir, moi aussi, à ressusciter d'entre les morts » (Philippiens 3, 10-11). Dans les évangiles, Jésus s’émerveille de la foi de ses interlocuteurs, mais il déplore...
Lire la suite
  5221 lectures
  0 commentaires

JMJ de Rio, microcosme de l'Église




Chaque JMJ est un grand happening de la foi qu’on a souvent qualifié de « Woodstock catholique », la drogue en moins, ou de « catho pride ». C’est un pèlerinage avec ses rites et ses symboles. Des centaines de milliers de jeunes des cinq continents se rassemblent pendant une semaine pour célébrer et approfondir leur foi par des catéchèses, témoignages, messes, veillées. Jean-Paul II et Benoît XVI sont allés à la rencontre de ces jeunes afin de les encourager dans leur foi au Christ et leur donner la fierté d’être catholiques. En renonçant humblement au ministère de Pierre quelques mois avant les JMJ de Rio, Benoît XVI a passé le bâton de pèlerin à un autre. Et François le jésuite est arrivé avec sa musique franciscaine, plus proche du jazz que du classique, tant il aime improviser. Premier pape latino-américain, homme de tradition et d’engagement social, il a vite conquis les cœurs au Brésil...
Lire la suite
  4121 lectures
  0 commentaires

La foi: aventure et lumière


La première encyclique du pape François est parue sous le titre Lumen Fidei. Il reprend à son compte et le complète un texte commencé par Benoît XVI avant sa renonciation. L’encyclique est une confession de foi en forme de catéchèse écrite à quatre mains. Elle souligne la continuité entre les deux pontificats, alors que certains voudraient voir une rupture. François partage avec Benoît une même conception du ministère de Pierre inscrite dans la longue Tradition de l’Église qui est de « confirmer les frères » dans la foi qu’ils ont reçue comme un don. Le 5 juillet, le cardinal Marc Ouellet a présenté ainsi l’encyclique à Rome : « ll manquait un pilier à la trilogie de Benoît XVI sur les vertus théologales. La Providence a voulu que le pilier manquant soit un cadeau du Pape émérite à son successeur et en même temps un symbole d’unité, car en assumant et complétant l’œuvre...
Lire la suite
  3495 lectures
  0 commentaires

Adoration d'une nuit d'été


Je suis sorti dans la nuitpour rentrer en moi-même.Il n’y avait presque riensous le ciel d’encre,si ce n’est ma foi en toi, mon Dieu. J’y ai lu tes beautés :             le silence des étoiles,la caresse de la brise légère,le clair-obscur de la lune,le chant de la source. La joie est montée comme une vague,à la fine pointe de l’âme,je me suis noyé en elle,je me suis perdu en toi,j’ai retrouvé le chemin du retour. La musique de ton nomm’a maintenu à flot,la douceur des larmesm’a tenu éveillé jusqu’à l’aube,au creux d’une oraison silencieuse. Merci mon Dieu de naître en moi chaque matin. Jacques Gauthier Paru dans Prions en Église, Montréal, 16 décembre 2012, p. 33. Pour d'autres prières du même genre, voir mon livre Prières de toutes les saisons.
  3471 lectures
  0 commentaires

École de prière (8) Comme si ma prière était à la surface


Il m'arrive de publier dans mon blogue des extraits de lettres que je reçois, ainsi que mes réponses. Le soir de Noël 2012, j’avais partagé avec vous un courriel d’un homme de 91 ans qui me confiait : Je n’ai pas appris à prier. Voici des extraits d’un autre courriel, cette fois d’un homme de 67 ans qui trouve difficile de s’abandonner à Dieu dans la prière, comme si celle-ci « était juste à la surface ». J’ajoute ma réponse, en espérant que cela pourra vous éclairer, sachant bien que nous sommes des novices à l’école de la prière. Bonjour Monsieur Jacques Gauthier J’aime bien lire vos articles sur la prière. Cependant je n’arrive pas à mettre en pratique vos précieux conseils sur l’aridité de la prière. Souffrant du fameux mal du T.O.C et du T.A.G. suite à une longue dépression qui n’est toujours pas guérie, ma pensée va dans toutes les directions lorsque...
Lire la suite
  3536 lectures
  0 commentaires

L'aventure de la foi



En cette Année de la foi, j'ai écrit un petit livre, L'aventure de la foi, quinze variations, qui s'attarde surtout à l'acte de croire. Je décris la foi comme don et expérience, écoute et réponse, toucher et regard, doute et nuit, combat et engagement. Cet essai se présente comme une méditation toujours en mouvement, une symphonie inachevée, à la manière de la foi elle-même qui est une aventure jamais terminée. Trois sources me servent de mesure : la Bible, mon cœur et les témoins.  Voici quelques extraits de l'introduction. La foi, en général, est bienfaisante pour tous. Nous en avons besoin dans nos sociétés pour que la confiance et la loyauté règnent dans les échanges. Les racines latines du mot foi, fides, et du verbe croire, credere, expriment l’idée de confiance. On met sa confiance en quelqu’un, en quelque chose ; on se confie, on se fie à un autre que soi. Et cela...
Lire la suite
  3865 lectures
  0 commentaires

Professeur à Marie-Jeunesse


Marie-Jeunesse est une famille spirituelle de jeunes qui s’engage surtout à l'accueil et à l'évangélisation des jeunes. Fondée au début des années 80, elle puise son inspiration dans l’Évangile pour y vivre la joie de la foi au quotidien, un peu à la manière de Marie. Une phrase écrite à l’entrée de la maison de formation à Sherbrooke résume bien l’esprit de cette communauté nouvelle : « Être là, simplement, pour la Beauté et la Joie de Dieu ». Il y a aussi d’autres auberges Marie-Jeunesse à Québec, à l’Ile de la Réunion, en Belgique et à Tahiti. Ils reçoivent des demandes pour ouvrir d'autres maisons, mais pour le moment ils consacrent leur énergie à la formation.  Reconnue en association publique de fidèles de “type communauté nouvelle” par le diocèse de Sherbrooke, la FMJ comprend des membres internes et externes. Le membre interne est prêtre, célibataire consacré, homme ou femme, qui s'engage à la vie communautaire...
Lire la suite
  3786 lectures
  0 commentaires

Oui, amen


Amen! Que de fois nous prononçons ce mot, souvent par routine, à la fin d’une prière ou d’une parole, comme s’il s’agissait d’un point final. Pourtant, il donne au texte une ouverture qui fait corps avec notre vie. L’horizon n’est jamais fermé lorsque nous disons « amen ». De la racine hébraïque ’mn , amen signifie solidité, fermeté. En disant « amen », nous faisons nôtre une prière, un texte, nous faisons confiance à une personne : oui, ce que je viens d’entendre, c’est du solide, et pour cela j’appose mon « amen », mon oui. Ce terme hébreu a donc un aspect relationnel. Ainsi, dire « amen » à Dieu, c’est lui signifier qu’il est fiable, lui le Dieu fidèle (cf. Isaïe 65, 16), et que nous pouvons toujours lui faire confiance. «Béni soit le Seigneur pour toujours! Amen. Amen!» (Psaume 88, 53) Jésus, qui parlait l’araméen, utilisait beaucoup le mot amen. Jean en a donné plusieurs exemples dans...
Lire la suite
Mots-clés :
  3454 lectures
  0 commentaires

École de prière (6) Bien commencer


Plus j’avance sur les chemins de la prière, plus celle-ci se simplifie. Je suis là, Dieu est là ; il m’aime, je l’aime. C’est tout. Je demeure en lui, il demeure en moi : « Demeurez en moi, comme moi en vous » (Jean 15, 4). La prière chrétienne est une réponse à l’appel de Jésus : « Demeurez dans mon amour » (Jean 15, 9). Les premiers moments de la prière sont essentiels, car ils donnent le ton à ce qu'on va vivre. Tu peux allumer une bougie, faire une génuflexion lente et un signe de croix, chanter une hymne. Tu peux commencer par un Notre Père, une invocation à l’Esprit Saint, un verset d’un psaume. Tu entres en relation profonde avec le Christ présent en toi; c’est par lui que le Père se révèle à toi dans son Esprit. Tu laisses tes soucis en les offrant au Seigneur. Dans l’oraison, il suffit d’être et d’aimer,...
Lire la suite
  3690 lectures
  0 commentaires

Thomas, le doute et la foi


On oscille souvent entre la foi et le doute, l'adhésion et la remise en question, un peu comme les  premiers disciples de Jésus. Le romancier Georges Bernanos le rappelle avec cette phrase lapidaire : « La foi, c'est 24 heures de doute moins une minute d'espérance ». Le doute est un compagnon de route qui s’arrête parfois sur le bord du chemin et ne veut plus avancer. La foi lui vient alors en aide, fraternellement : « Elle est une compagne de vie qui permet de percevoir avec un regard toujours nouveau les merveilles que Dieu réalise pour nous » (Benoît XVI, La porte de la foi, no 15). C’est ce qu’a vécu l’apôtre Thomas. Il était absent le jour de Pâques quand Jésus ressuscité a surgi à l’endroit où se tenait les disciples apeurés. Il ne voulait pas croire que Jésus était vivant tant qu’il ne le verrait pas avec ses plaies. Huit jours...
Lire la suite
Mots-clés :
  5926 lectures
  0 commentaires

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
28 juillet 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Les arbres dans ma courremontent l’horlogeobserven...
1917 lectures
Jacques Gauthier
27 juin 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Un jour, je participais à une table ronde sur la p...
4474 lectures
Jacques Gauthier
11 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le projet de vie de Claire d’Assise et de ses Pauv...
4575 lectures
Jacques Gauthier
24 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Samedi dernier, j'animais avec mon épouse et un co...
3819 lectures
Jacques Gauthier
14 août 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Nous avons besoin d’objets et de signes qui soutie...
5518 lectures