Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Ce n'est pas la fin du monde

jesus and the apostles
Au 33e dimanche du temps ordinaire, nous entendons Jésus parler de sa seconde venue en termes apocalyptiques : le soleil qui s’obscurcit, la lune qui perd son éclat, les étoiles qui tombent du ciel. On se croirait dans un film de science fiction. Il y a de quoi nourrir les imaginations et aligner les dates. On a prévu la fin du monde tant de fois et pourtant nous sommes encore là. Jésus a bien spécifié à ses apôtres que nul ne connaît le jour et l’heure de sa venue, sinon le Père.Un discours eschatologiqueNous sommes ici au cœur du discours eschatologique, de ces textes qui évoquent la fin des temps. À noter qu’on ne parle pas de la fin du monde, mais du retour du Christ et de sa victoire finale. L’évangéliste Marc ne veut pas faire peur à ses lecteurs mais les rassurer, les mettre en garde contre tout ce...
Lire la suite
  2720 lectures
  0 commentaires

Rencontre avec sainte Marie Madeleine

marie madeleine
Marie Madeleine 3
Le 22 juillet, l'Église fait mémoire de sainte Marie Madeleine. Selon le désir du pape François, sa mémoire liturgique a été élevée au rang de fête dans le calendrier romain. Un décret a été signé en ce sens au Vatican le 3 juin 2016. La célébration liturgique de cette femme aura désormais le même caractère festif réservé à la célébration des apôtres.Marie Madeleine est la première à rencontrer le Christ ressuscité, la première à lui rendre témoignage devant les Apôtres. C'est pour cela qu'on l'a appelée «l'apôtre des Apôtres». Je lui laisse la parole, à la suite de ma méditation des évangiles que l'on retrouve dans Jésus raconté par ses proches (Parole et Silence-Novalis, 2015).Je ne faisais pas partie du groupe des Douze, mais cela ne m’a pas empêché d’être très proche de Jésus. Il est venu me chercher loin, le Fils de l’Homme inespéré, pour me délivrer des démons et des passions qui m’enchaînaient...
Lire la suite
  5180 lectures
  0 commentaires

3 juillet: saint Thomas, apôtre

saint Thomas
Né près de Jérusalem, Thomas est l’un des trois apôtres judéens avec Simon le Zélote et Judas. On l’appelle Didyme, ce qui veut dire jumeau en grec. On a surtout retenu de lui son incrédulité après la résurrection. Oui, il a douté, comme les autres, mais cela lui a valu une expérience unique avec le Christ ressuscité. Nous nous reconnaissons dans son doute et son geste de foi. N’oublions pas, qu’après avoir touché les plaies de Jésus, il lui a donné son véritable titre, la proclamation la plus claire de sa divinité : « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20, 28).  Thomas était prêt à suivre le Maître jusqu’au don total de sa vie. Quand Jésus était retourné en Judée pour ressusciter son ami Lazare, les Douze savaient qu’on cherchait à l’arrêter, et même à le lapider. Aller en Judée, c’était aller à la mort. Thomas dit aux disciples avec tout le courage...
Lire la suite
  4846 lectures
  0 commentaires

Saint Paul et la sagesse divine de la croix

St Paul ephesus
Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète. Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère? Saint Paul évoque très bien ce paradoxe d’un Dieu qui s’abaisse par amour jusqu’à s’anéantir sur la croix pour nous élever par sa résurrection (Ph 2, 6-11).Paradoxe chrétien d’unir ainsi souffrance et joie, vendredi saint et Pâques, puisque l’amour de Dieu absorbe tout. Paradoxe du langage qui a besoin du silence pour méditer ce mystère de la kénose divine (anéantissement). Paradoxe de Dieu qui a besoin de nous pour se révéler. Paradoxe de se vider de soi pour...
Lire la suite
  4227 lectures
  0 commentaires

Une expérience de la lumière du Christ

Lumiere du Christ
Patrice de La Tour du Pin
Le temps pascal est comme un long dimanche de cinquante jours que couronne la Pentecôte. La semaine qui suit Pâques constitue une octave où nous prenons conscience de la clarté du Ressuscité qui nous habite. Durant cette octave de Pâques, nous retrouvons dans la liturgie des Heures l'hymne du matin de Patrice de La Tour du Pin (1911-1975), Lumière du monde, ô Jésus. Lorsque j'entendis cette hymne de l'illumination divine pour la première fois, je fus inondée d'une joie profonde, tant j'avais le coeur tout brûlant. Ce fut mon premier contact avec l'oeuvre de ce grand poète de la liturgie. Permettez-moi de vous partager cette expérience de la lumière du Christ.C'était en mai 1973. Je m'étais retiré à l'ombre d'une abbaye cistercienne, Notre-Dame de Bellefontaine, perdue dans les bois du Maine-et-Loire, dans les Mauges, non loin de Cholet. Je refaisais mes forces, avant de reprendre mon engagement auprès des handicapés à l'Arche...
Lire la suite
  4417 lectures
  0 commentaires

Jésus et les vendeurs du Temple

jesus chassant les marchands du temple
Existe-t-il de saintes colères ? Nous n’avons pas à tout accepter, mais à aimer, parfois avec colère, comme le Christ a chassé les marchands du Temple par amour pour la maison de son Père. Il y a des situations ou des gestes qui nous choquent parce que nous sommes épris de justice et de compassion. C'est ce que Jésus a vécu dans ce récit repris par les quatre évangélistes et qui figure au 3e dimanche de Carême.La Pâque juive approche. Jésus monte à Jérusalem pour aller au Temple, le lieu par excellence du Judaïsme. Il y a une grande affluence dans la cité, plusieurs viennent de loin. Les gens entrent et sortent du Temple comme dans une foire. Ils achètent des agneaux sur place, les égorgent pour les offrir en sacrifice. Il y a les comptoirs de change pour permettre aux voyageurs d’échanger leurs pièces de monnaie étrangère, donc impures. Certains crient...
Lire la suite
  3677 lectures
  0 commentaires

27 décembre: Saint Jean, celui que Jésus aimait

saint-jean
L'évangéliste Jean est bien à sa place dans l'octave de Noël. Il est le chantre par excellence du mystère de l'Incarnation du Christ, le théologien du Verbe de Dieu fait homme. Nous lisons le sublime prologue de son évangile à la messe du jour de la Nativité: « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1, 14) J'ai déjà écrit sur ce prologue dans un blogue sur Noël. L’apôtre bien-aimé se définit comme « celui que Jésus aimait » (Jean 13, 23). Il se nomme ainsi dans son évangile sans dire explicitement que c’est lui, par humilité sans doute, et aussi par solidarité avec les autres disciples. À la dernière Cène, il reposa sur la poitrine du Seigneur, sans se mettre de l’avant.On ne peut lire son évangile que...
Lire la suite
  6294 lectures
  0 commentaires

8 décembre: Et si Marie nous parlait?

Immaculee Conception
Le 8 décembre 1854, le pape Pie IX définissait le dogme de l'Immaculée Conception. Le 25 mars 1858, jour de l'Annonciation, Marie apparaissait sous ce vocable à Lourdes, révélant à Bernadette Soubirous son nom en patois: "Que soy era Immaculata Councepciou". J'imagine dans Jésus raconté par ses proches ce que la Vierge Marie pourrait nous dire aujourd'hui.Me saluer comme Marie, « la comblée de grâce », c’est honorer Jésus, le fruit béni de mes entrailles. Qui vient à moi trouve Jésus. Nous sommes inséparables pour faire corps à la lumière, pour mener à terme l’œuvre du Père. Je l’ai au cœur pour le donner à tous et pour enfanter avec lui un monde nouveau. Et cet enfantement n’est pas terminé, puisque mon fils ne cesse pas d’être Dieu pour nous, comme je n’arrête pas d’être mère pour lui et les hommes, depuis qu’il m’a donné à Jean au pied de la croix....
Lire la suite
  5959 lectures
  0 commentaires

14 septembre: la Croix glorieuse, la vie donnée

Croix glorieuse
Instrument de supplice réservé aux condamnés à mort, la croix est devenue un signe de bénédiction par la mort et la résurrection du Christ. C’est un baiser sur nos fronts, une fierté au cœur de tout baptisé, comme il est dit à l’antienne d’ouverture de la fête de la Croix glorieuse, le 14 septembre : « Que notre seule fierté soit la Croix de notre Seigneur Jésus Christ. En lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection; par lui, nous sommes sauvés et délivrés ».Ce bois de vie nous a ouvert la porte du paradis, ainsi nous pouvons rendre gloire au Père tout-aimant, « car tu as attaché au bois de la croix le salut du genre humain, pour que la vie surgisse à nouveau d’un arbre qui donnait la mort et que l’ennemi, victorieux par le bois, fût lui-même vaincu sur le bois, par le Christ, notre Seigneur » (Préface de la Croix...
Lire la suite
  3942 lectures
  0 commentaires

Un lendemain de Pentecôte avec saint Séraphim de Sarov

Seraphim of Sarov
Voilà! En ce lendemain de veille à l'Esprit Saint, j'aurais bien aimé qu'on prolonge d'une semaine la Pentecôte, comme on le fait pour Pâques avec l'octave pascale. Mais n'est-ce pas tous les jours le temps de l'Esprit? Je me suis rappelé l'entretien que saint Séraphim de Sarov avait eu avec le laïc Motovilov à la fin novembre 1831. Cet entretien témoigne de la transfiguration qu’opère l’Esprit Saint dans la totalité d’une personne devenue lumière, chaleur, douceur, paix et silence. Mais avant de lire des extraits de l'entretien, voici un bref rappel de la vie de Séraphim de Sarov pour qui le but de la vie chrétienne consistait à acquérir le Saint-Esprit.L'ermite de JésusProkhor Mochnine est né à Koursk, au sud de Moscou, en 1759. Son père meurt alors qu’il n’a que trois ans. Dans la vingtaine, il entre au monastère de Sarov. Novice pendant huit ans, il reçoit l’habit monastique et prend...
Lire la suite
  5186 lectures
  0 commentaires

Prière après l'Ascension

Le soleil s’est levédu froid tombeau de pierre,la vie est apparueà l’aube de Pâques,jour de fête et de joie.Exultons depuis la nuée :Christ, tu es monté aux cieux,inonde-nous de ta lumière. L’amour est redonnéà la fraction du pain,l’avenir dans nos mainspour la vie du monde.Béni soit le Premier-néqui endosse notre passé :Christ, tu es assis à la droite du Père,envoie sur nous la force de ton Esprit. Allons sur les cheminsau-devant du Vivantqui a vaincu la mort,libéré nos corps.Que nos cœurs s’unissentdans ce printemps glorieux :Christ, tu es toujours avec nous,aide-nous à demeurer dans ton amour. Ma prière est parue dans le Prions en Église Canada, 1er juin 2014, p. 33. Voir également Prières de toutes les saisons.
  4440 lectures
  0 commentaires

L'Ascension, présence dans l'absence

Ascension
Le Christ ressuscité a donné rendez-vous aux onze apôtres sur une montagne, lieu de la rencontre du ciel et de la terre, affirmant que tout pouvoir lui « a été donné au ciel et sur la terre » (Matthieu 28, 18). Il les envoie baptiser, faire Église, transformer le monde en un royaume d’amour et de paix.« Ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée » (Actes 1, 9). Le Christ ne s’est pas absenté de nos vies depuis que les Apôtres l'ont vu s'élever au ciel. Il est bien là dans nos prières et nos engagements. Si nous souffrons de son absence, c’est qu’il nous est présent autrement. La montagne est belle de loin, la distance permet ainsi une plus grande proximité.« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel » (Actes 1, 11)? Il nous arrive aussi de fixer le ciel comme si nous n’attendions plus rien de la terre. Assoiffés de...
Lire la suite
  3491 lectures
  0 commentaires

La victoire de Pâques

FRESQUE-MONASTERE-DE-LA-CROIX
Lumière au froid tombeau de pierre,éveil d'un chant nouveau sur terre,Christ est ressuscité!Alléluia!Enfance au passage du vivant, joie d'un jour nouveau sur les temps, Christ est ressuscité! Alléluia!Renaissance au jardin de gloire, fruit d'un vent nouveau sur l'histoire, Christ est ressuscité! Alléluia! Fresque de l'église du monastère des Petits frères de la Croix dans Charlevoix au Québec.Tiré de mes Prières de toutes les saisons (Bellarmin / Parole et Silence). 
  3133 lectures
  0 commentaires

Le Triduum pascal: l'amour plus fort que la mort

triduum pascal
Tout au long de l’année liturgique, Dieu vient à nous et nous allons à lui. Nous célébrons son amour plus fort que la mort. Ce mystère de salut culmine à ce que les premiers chrétiens appelaient « la Grande Semaine », qui va du Dimanche des Rameaux jusqu’à Pâques. Durant cette semaine sainte, l’amour se concentre sur trois jours comme en un point lumineux, un feu divin qui irradie de l’intérieur et qui envahit tout : le Triduum pascal. Sommet de l’année liturgique, le Triduum commence le soir du Jeudi saint pour se terminer au dimanche de Pâques. Il ne s’offre pas à nous comme un spectacle, mais comme une rencontre avec le Christ. Nous suivons Jésus dans les derniers moments de sa vie, nous faisons nôtres ses sentiments, nous célébrons sa Pâque, c’est-à-dire son passage de ce monde à son Père. Voici quelques gestes que l’Église propose dans sa liturgie et qui nous aide...
Lire la suite
  4523 lectures
  0 commentaires

Je crois




L'Année de la foi, ouverte par Benoît XVI le 11 octobre 2012, et qui sera clôturée par le pape François le 24 novembre prochain, aura permis de raviver la foi des catholiques, d'approfondir la rencontre du Christ et de son Église. Personnellement, elle aura été l'occasion d'approfondir l'acte de croire que j'ai décliné en quinze variations dans mon livre L'aventure de la foi.Dans sa lettre encyclique Lumen Fidei, écrite avec Benoît XVI, François a montré qu'on ne peut pas croire tout seul. Bien qu'on dise "je" crois, la foi s'ouvre au "nous" de l'Église. "L'acte de croire s'exprime comme une réponse à une invitation à une parole qui doit être écoutée [.] Il est possible de répondre à la première personne, "je crois", seulement dans la mesure où l'on appartient à une large communion, seulement parce que l'on dit aussi "nous croyons" (no 39). Ainsi, celui qui croit n'est jamais seul,...
Lire la suite
  3315 lectures
  0 commentaires

Notre soeur la mort


C’est une sœur parfois bien douce, la mort, qui voyage invisible à nos côtés. Mystérieuse et non absurde, elle arrive à son heure, souvent la moins attendue. Elle fait son entrée sur la scène de notre vie et nous joue son tour de passe-passe. Ce n’est pas elle qui prend la vie donnée et accueillie. Thérèse d’Avila, femme de désir et d’oraison, le savait : « Ô mort, je ne sais pas comment on peut te redouter, puisque c’est en toi qu’est la vie ! » Pour le cinéaste Woody Allen, l’approche est différente : « Je n’ai pas peur de la mort, je désire seulement ne pas être là quand elle viendra ».Accepter sa mortLors d’une conférence sur la mort en juillet 2008, je demandai aux participants ce qu’ils feraient s’ils leur restaient une heure à vivre. Les réponses furent diverses et pleines de vie. En voici quelques-unes : « Je...
Lire la suite
  3694 lectures
  0 commentaires

Prière d'adieu pour un défunt


Père, regarde avec amour ton enfantqui est entré aujourd’hui dans ta vie.Nous lui avons fermé les yeux pour que les nôtres s'ouvrent sur sa naissance en Jésus.Il n'est pas disparu, il apparaît dans ton mystère. Il n’est pas parti, il est arrivé. Il n’est pas enlevé, il est accueilli dans tes bras. Il ne s’est pas éteint, il est allumé au feu de ton Esprit.Nous célébrons nos partages, tout ce qu'il reste de toi en lui. Ta miséricorde le prolonge et nous survit.Son prénom de baptême brûlé au cierge pascal résonne au milieu de nous, musique de ta présence, un appel à ne pas oublierle grain de blé qui germe.Un parfum d’encens monte en offrande. Le corps aspergé d’eau qui donne la vie nous rappelle la résurrection de ton Christ qui se lève victorieux sur nos cimetières. Jacques Gauthier, Prières de toutes les saisons, Bellarmin/Parole et silence, p. 154-155.
  7855 lectures
  0 commentaires

14 août: Saint Maximilien Kolbe




Je suis toujours très touché par ce franciscain polonais qui offrit sa vie à la place d'un autre prisonnier, père de famille. Cela me parle très fort: un prêtre qui donne sa vie pour un laïc. Saint Maximilien Kolbe, martyr du nazisme, est un bel exemple de la compassion divine. Par son don suprême à Auschwitz, survenu la veille de l’Assomption de Marie, c’est la victoire du Christ ressuscité que nous célébrons.Les deux couronnesMaximilien naît en Pologne, le 8 janvier 1894, de Jules et Marianna Kolbe, tisserands. Ses parents, tertiaires franciscains, auront une bonne influence sur leur deuxième garçon — ils en auront trois —, mais celui-ci est un peu trop turbulent à leur goût. Doué d’un naturel spontané et têtu, le jeune Raymond, qui ne s’appelle pas encore Maximilien, désespère sa mère. Un jour, elle le réprimande en lui demandant ce qu’il deviendra plus tard. Ce reproche provoque chez l’enfant...
Lire la suite
  7217 lectures
  0 commentaires

École de prière (12) La transfiguration



Jésus se retire souvent à l’écart pour prier. Même si son être filial est constamment uni au Père, il a besoin de prendre un temps précis pour prier son Père dans le secret et continuer la relation qu’il a avec lui. Le Père l’engendre en permanence comme il le fait pour chacun de nous. Nous pouvons ainsi dire qu’en Jésus nous prions sans cesse puisque nous sommes dans le Père comme ses fils et filles bien-aimés. Que dire à Jésus dans notre prière, sinon que nous l’aimons. « Je ne luis dis rien, je l’aime », disait la petite Thérèse un mois avant son entrée dans la vie."Mon Fiancé ne me dit rien et moi je ne lui dis rien non plus sinon que je l’aime plus que moi, et je sens au fond de mon cœur que c’est vrai car je suis plus à Lui qu’à moi! (Thérèse de Lisieux, OEuvres complètes,...
Lire la suite
  6609 lectures
  0 commentaires

22 juillet: Poème à Marie Madeleine


Matin de l’ange à la pierre tournée,  ô toi soleil sur la rosée!As-tu rencontré Marie-Madeleine,foulant en hâte le chemin de Pâques,parfum qui s’échappe du tombeaupour embaumer son Bien-Aimé? Porte ouverte à la flamme du printemps,ô toi jardinier sur la brèche!As-tu saisi les pleurs de l’amoureuse,mendiant le corps de l’amourqui s’élance au battant de son désirpour être nommé par son nom? Lumière enfouie à l’intérieur,ô toi silence sur le cœur!A-t-elle revu sa beauté en toi,laissant l’espace à ta présencequi se cache derrière sa douleurpour renaître d’eau et d’esprit? Frisson offert à l’étreinte,ô toi parole sur le sang!A-t-elle baigné ses yeux dans les tiens,retenant tes pieds à la terrequi s’esquivent vers l’autre ailleurspour monter au pays du Père? Jacques Gauthier, Prières de toutes les saisons, Bellarmin/Parole et Silence, p. 92.
  5205 lectures
  0 commentaires

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
7 décembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Je vous partage la conférence que je donnerai au c...
3267 lectures
Jacques Gauthier
14 juillet 2018
Le blogue de Jacques Gauthier
Père, tu m’as séduit dès ma jeunesse,tu m’as entra...
1590 lectures
Jacques Gauthier
26 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Chaque JMJ est un grand happening de la foi qu’on ...
4015 lectures
Jacques Gauthier
22 août 2019
Le blogue de Jacques Gauthier
La journaliste Marie de Varax a publié un article ...
1192 lectures
Jacques Gauthier
10 novembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Un jour, j’étais à Cuba et je me baignais dans une...
2729 lectures