Je donnerai de la joie

Je donnerai de la joie

Je donnerai de la joie. Entretiens avec Dina Bélanger. Montréal / Paris, Novalis / Éditions de l’Emmanuel, 2019, 206 pages, 19, 95$, 17€.
 
Pour voir la fiche du livre aux éditions Novalis, cliquez ici.
Pour voir la fiche du livre aux éditions de l'Emmanuel, cliquez ici.
 
« Au ciel, je serai une petite mendiante d'amour : la voilà, ma mission ! » Dina Bélanger (1897-1929) s’est donnée très jeune au Christ, ne voulant que lui plaire dans l’intimité de la prière. À vingt-quatre ans, elle renonce à une brillante carrière de pianiste pour entrer au couvent des Religieuses de Jésus-Marie à Québec. Elle expérimente l’union mystique avec la Trinité par le cœur eucharistique de Jésus. Béatifiée par Jean-Paul II en 1993, elle laisse à l’Église et au monde un héritage spirituel d’une richesse exceptionnelle, qui rappelle celui de Thérèse de l’Enfant-Jésus, qu’elle avait prise pour patronne avec sainte Cécile.
Dans le sillage de ses ouvrages sur Thérèse de Lisieux et Marie-Léonie Paradis, Jacques Gauthier nous offre un autre entretien chaleureux et instructif avec une « amie de Dieu » qui avait dit avant de mourir, à trente-deux ans : « Je donnerai de la joie ». Ses questions pertinentes facilitent cet échange intime avec Dina qui, par l’intermédiaire de son autobiographie, témoigne d’une sainteté unique et inspirante. 

Pour lire un extrait du livre en ligne: https://fr.calameo.com/read/0029272444f05c18e6e7a  

Table des matières

Introduction
Les racines de l’enfance
Les premières études
L’intimité eucharistique
Ne plaire qu’à Jésus
L’essor de la musicienne
L’action de Jésus
Les combats du noviciat
La substitution de Jésus
Le vœu du plus parfait
Dans le cœur des Trois
La plénitude de l’amour
Rassasier l’Amour infini
Épuiser le cœur de Jésus
Le calice de l’agonie
Le cœur eucharistique
Les lieux de la Trinité
Les vœux perpétuels
Petite mendiante d’amour
Conclusion
Repères biographiques
Bibliographie

Lire sur mon blogue, un résumé de la vie de Dina: cliquez ici
Lire sur mon blogue, mon article sur son expérience eucharistique: cliquez ici.

Pour écouter l'émission d'une heure que j'ai enregistrée en 2007 à Radio Ville-Marie sur la vie et le message de Dina Bélanger, et qui se trouve sur mon site: cliquez ici.

On en parle 

L’auteur, qui a déjà signé plus de 70 ouvrages, contribue cette fois-ci à faire connaître au grand public la première bienheureuse née à Québec, la musicienne et mystique Dina Bélanger (1897-1929). Jésus savait regarder les oiseaux et s’émerveiller de la beauté des lis des champs : Jacques Gauthier sait nous faire découvrir les merveilles de l’humble Dina, à travers les quatre grands mouvements de la « symphonie triomphale » que Jésus lui a permis de vivre. « La substitution » : dès l’âge de 24 ans, Jésus se substitue à Dina en prenant son cœur et en déposant le sien à sa place. « Le rassasiement » : Jésus introduit Dina au cœur de la Trinité. « Le calice de la passion » : Jésus fait connaître à Dina son cœur eucharistique, son cœur agonisant. « Le chant d’amour » : en ce dernier mouvement, Dina s’enfonce dans le cœur des Trois pour consumer son action de grâce. À la demande de ses supérieures, Dina, malade de la tuberculose et épuisée, retranscrit, par obéissance à Jésus, les messages qu’il lui communiquait, tout comme sainte Thérèse de Lisieux (1873- 1897) le fit en écrivant son Histoire d’une âme. Qui aurait pu deviner les secrets du Royaume des cieux que Jésus voulait transmettre à celle qui désirait devenir son apôtre, sa victime et son martyr, aussi bien dans ses études musicales que lors de ses concerts, aussi bien dans les enseignements qu’elle donnait que dans les souffrances qu’elle endurait, aussi bien à la chapelle que sur son lit d’infirmerie. « Aimer et laisser faire Jésus et Marie » : c’était là sa devise comme religieuse de Jésus-Marie.
L’auteur nous présente donc une série d’entretiens qui auraient pu avoir lieu entre lui et Dina. Les questions sont celles du théologien mais les réponses proviennent toutes des écrits personnels qu’a laissés la mystique et musicienne. Sous le mode de la conversation, on accède donc un peu à l’âme de la religieuse, native du quartier Saint-Roch de Québec. Une belle manière d’actualiser sa pensée...
Dans la conclusion de ces entretiens, Jacques Gauthier note judicieusement que chaque personne est unique et différente, mais que nous sommes tous appelés à la sainteté; c’est une question d’accueil et d’amour. « Au ciel, je serai une petite mendiante d’amour : la voilà, ma mission ! », révèle Dina. Même si l’auteur ne nous parle pas de la voie purgative, unitive ou illuminative selon le précis de l’ascétisme d’Adolphe Tanquerey, les secrets de substitution et de rassasiement peuvent dérouter quelques lecteurs. Mais l’intensité et l’authenticité de vie de la bienheureuse Dina compenseront pour ces petites difficultés.
+ François Thibodeau, eudiste, Pastorale-Québec, décembre 2019, p. 29.

"Dina Bélanger, jeune religieuse québécoise du début du XXe, n’est pas sans rappeler quelqu’un : entrée toute jeune au couvent, elle y fit un chemin spirituel extraordinaire en moins de dix ans, qu’elle nota dans des cahiers, avant de mourir en promettant qu’elle ferait du bien sur la terre. Si vous avez pensé à Thérèse de Lisieux, vous avez d’autant plus raison que Dina l’a lue et est devenue une magnifique disciple de la petite voie. Jacques Gauthier nous propose ici non une biographie classique, mais une véritable interview, à partir de ses écrits, nous permettant ainsi de vivre une rencontre avec cette lumineuse petite sœur."
Hélène Mongin, dans Il est Vivant, no 345, octobre/novembre/décembre 2019, p. 70. (Voir aussi mon article sur Dina dans ce numéro, p. 66-69)

Présentation du livre sur le site Aleteia, 10 septembre 2019. 
"Un livre d’entretiens imaginaires avec la bienheureuse Dina Bélanger, la "petite Thérèse de Lisieux québécoise", c’est le défi relevé par notre chroniqueur Jacques Gauthier. Par ses réponses, entièrement extraites de ses écrits, la jeune sainte témoigne de sa vie donnée à Dieu dans l’amour, à la suite de Jésus. Thérèse voulait passer son Ciel à "faire du bien sur la terre", Dina voulut son Ciel pour "donner de la joie".
Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Marie de Varax, Bienheureuse Dina Bélanger: histoire d'un coeur. Famille Chrétienne, Paris, no 2167, 27 juillet - 2août 2019, p. 22-25.
Voir dans ce même numéro, mon interview avec Marie de Varax, "J'ai voulu montrer Dina très humaine". Voici un extrait: 
"Ce laïc – marié, père et grand-père – a toujours voulu rendre accessible «les choses de Dieu», les incarner. Il en est ainsi de Dina Bélanger. Quand il a découvert son autobiographie, «ça a été un coup de cœur, une expérience mystique, un contact intérieur. J’ai été saisi et je me suis dit : il faut faire quelque chose. Il faut montrer Dina très humaine.» Après un travail de bénédictin, il publie un livre sur elle sous la forme d’un entretien : il lui pose des questions, comme à une amie, en la tutoyant, et les réponses sont des extraits de son autobiographie, sans aucune réécriture. Ainsi, on dirait qu’elle nous parle, et cette œuvre exigeante, plus théologique et moins structurée que celle de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, apparaît, par ce truchement de l’interview, très accessible". (p. 25)

Entrevue Sel et Lumière, 7 oct. 2019