Saint Bernard de Clairvaux

Couv. saint Bernard

Saint Bernard de Clairvaux. Collection « Les grandes figures de la spiritualité chrétienne », no 26, Paris, Le Figaro et Les Presses de la Renaissance, 2017, 140 pages, 9,95€, 18,95$. Le CD est inclus.

Consulter la fiche du livre et lire des extraits en cliquant ici.

En kiosques et au journal Le Figaro: 9 mars 2017
En librairies: octobre 2017 en France et fin novembre au Canada.

Rénovateur de l'ordre cistercien, conseiller des rois et des papes devenu la conscience de l'Église de son temps, saint Bernard (1090-1153) est considéré comme le dernier des Pères de l'Église.

Extrait de la préface de Michael Lonsdale
"Saint Bernard de Clairvaux est un géant de la spiritualité. Un millénaire après sa mort, tout subsiste, ou presque, de son oeuvre monastique monumentale: l'ordre des Cisterciens.
Ce chercheur passionné de Dieu est un grand réformateur. Mais derrière la rudesse du personnage historique qui ne s'en laisse pas compter, il y a aussi la tendresse d'un fol en Christ pour qui Dieu devait compter plus que tout, un Dieu miséricordieux, surabondant d'Amour pour les hommes qu'Il attend avec patience. C'est là le secret de l'éternelle jeunesse de cet authentique guide spirituel".

Table des matières

La vie

L’attrait pour Dieu
L’aventure cistercienne
L’abbé de Clairvaux
L’ami Guillaume de Saint-Thierry
Aux affaires de Dieu et du siècle
L’ordre des Templiers
La controverse avec Abélard
La deuxième croisade
Les dernières années

Le message

L’art d’écrire
L’expérience du cœur
La voie du désir
Les degrés de l’humilité
L’amour de Dieu
La grâce et la liberté
Les visites du Verbe

L’héritage

L’influence spirituelle
L’art cistercien
La réforme de la Trappe
Le retour de saint Bernard
Le témoin de l’amour

Annexes

Les écrits emblématiques
La vie de Bernard de Clairvaux en quelques dates
Abécédaire
Bibliographie 

Cliquez dans l'image pour agrandir

26 BAT SAINTBERNARD C4

Voir également sur le blogue de mon site Web où j'ai publié plusieurs articles concernant saint Bernard de Clairvaux.

On en parle

Ce livre fait partie d’une collection dirigée par Michael Lonsdale qui assure la préface de « ce chercheur et passionné de Dieu... (d’)un Dieu accessible, miséricordieux, surabondant d’Amour pour les hommes » ainsi que la lecture d’un ensemble de textes de saint Bernard sur le CD qui l’accompagne.
Dans un premier temps, Jacques Gauthier présente la vie de saint Bernard (reprise en fin de livre avec les dates les plus importantes) pour ensuite développer plus longue- ment le message délivré par l’Abbé de Clairvaux avant de nous exposer la richesse de son héritage, soulignant que « ses œuvres mystiques révèlent une vie spirituelle intense, une science théologique sûre et un grand pouvoir d’attraction qui marqueront les générations à venir » (p. 86).
Cependant, cela ne se fera pas sans certaines controverses vis-à-vis de ses prises de position notamment par rapport à Abélard, ainsi que sur la question des croisades, tout cela devant être replacé dans le contexte de l’époque. À ce propos, l’A. fait justement remarquer « qu’il faut toujours se garder du piège de l’ana- chronisme quand on pose le regard sur un personnage du passé. Nos priorités et valeurs ne sont pas nécessairement les siennes » (p. 91). Ainsi, au niveau de la pensée, là où les philosophes des lumières sont critiques par rapport à son rôle dans les croisades, ou d’autres lui reprochent son obscurantisme face au progres- sisme d’Abélard, d’autres au XXe siècle, dont Maurice Blondel, voient en Bernard, « celui qui accorde aux concepts de liberté et de conscience une place déterminante dans l’histoire des idées » (p. 91). Pour l’A. cette place a été un peu oubliée lors de certaines réformes qui ont vu le jour dans un souci de retour à la fidélité à la Règle de Saint Benoît en réaction à une période de relâchement où « une ascèse austère et absolue » (p. 101) a un peu oublié ce que saint Bernard préconise avant tout : « Le seul absolu est l’amour, et l’humanisme véritablement chrétien reconnaît la valeur de la conscience et de la liberté » (p. 103).
Aujourd’hui, « saint Bernard est redevenu le guide spirituel de tous les cister- ciens et un facteur d’unité des communautés qui se réclament de sa pensée » (p. 102).
Le livre se termine par la présentation de quelques textes emblématiques (Dieu nous a aimés le premier, Aimer Dieu pour lui-même, Les quatre degrés de l’amour, Le nom de Jésus...) et un abécédaire qui facilite la compréhension de ce livre. En 120 pages, l’A. nous offre une première approche relativement simple d’un personnage aussi important que saint Bernard, personnalité complexe avec une œuvre qui ne l’est pas moins, dont l’héritage, comme le souligne Jacques Gauthier, ne se limite pas à ses écrits.
André Tahon, "Bulletin de spiritualité monastique" 2019/3, dans Collectanea Cisterciensia 81, 2019, p. 300.

"Deux ouvrages de Jacques Gauthier dans les kiosques de journaux de France", de François Gloutnay, journaliste à Présence