Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

École de prière (28) Prier à l'heure de l'épreuve

Comment prier quand l'épreuve m'écrase? Dieu entend-il? Pourquoi ne m'exauce-t-il pas? Je souffre tellement, je n'ai plus d'énergie. Pourquoi tout ce mal? Prier me semble impossible... Qui n'a pas déjà dit ou entendu ces questions?

Perdre la prière

N’est-il pas prière, ce corps qui crie ainsi sa détresse? La personne qui souffre est seule avec sa prière, sa douleur, son cri, son désert, son carême. Elle avance, dépouillée, n’ayant comme armes et bagages que la foi et l’amour. Elle cherche à savoir, mais il n’y a rien à comprendre. Elle voudrait pleurer, mais il n’y a plus d’eau. Elle se sent seule, un peu comme Jésus au désert et au jardin des oliviers, sans mots, sans larmes. Elle pense qu’elle ne prie pas, mais en disant cela elle prie déjà.

Priere bougie

Celui qui perd sa vie la gagne, nous dit Jésus (cf. Jean 12, 25). Ainsi en est-il de la prière silencieuse; c’est en la perdant qu’on la trouve. À nous d’y être fidèle, même s’il faut consentir à la nuit du tombeau vide, traverser les tentations du désespoir, soupirer après la source d’eau vive, attendre les lueurs de Pâques. Il s’agit de rester là, dans l’obscurité, au pied de la croix de Jésus, et croire à la lumière pour les désespérés, même si tout nous semble étranger en ce monde. Un simple soupir suffit, regard de foi jeté vers le Ciel. Ce silence prie plus fort que les mots. L’oraison silencieuse de simple présence, où l’on meurt à soi-même pour aimer en vérité, est efficace parce que féconde.

Une oraison de souffrance

Le soir, Thérèse de Lisieux faisait oraison devant une sœur qui avait la manie d’émettre un étrange petit bruit, comme deux coquillages que l’on frotte l’un contre l’autre. Elle raconte dans son Histoire d’une âme comment elle a assumé cette souffrance : « Je restais donc tranquille, j’essayais de m’unir au bon Dieu, d’oublier le petit bruit… tout était inutile, je sentais la sueur qui m’inondait et j’étais obligée de faire simplement une oraison de souffrance, mais tout en souffrant, je cherchais le moyen de le faire non pas avec agacement, mais avec joie et paix, au moins dans l’intime de l’âme, alors je tâchai d’aimer le petit bruit si désagréable; au lieu d’essayer de ne pas l’entendre (chose impossible) je mettais mon attention à le bien écouter comme s’il eût été un ravissant concert et toute mon oraison (qui n’était pas celle de quiétude) se passait à offrir ce concert à Jésus ».

Ce petit bruit peut être le symbole de notre souffrance. Comme Thérèse, nous pouvons l’unir à la souffrance de Jésus qui a été tenté au désert. Nous pouvons également suer avec lui au jardin des Oliviers, croiser son regard voilé de larmes, faire le deuil d’une prière parfaite, offrir ce que nous devenons par l’épreuve pour une âme qui en a besoin, donner notre vie au monde : « Ma vie, personne n’a pu me l’enlever : je la donne de moi-même » (Jean 10, 18).

Persévérer dans ce dur labeur d’une oraison de souffrance, sans rien voir et sentir, c’est reconnaître que la prière est un don, et que « l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse » et « intervient pour nous par des cris inexprimables » (Romains 8, 26). Mais l’espérance ne déçoit pas, et avec saint Paul nous pouvons attester « qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va bientôt révéler en nous » (Romains 8, 18). Alors, la tentation, la maladie, l’épreuve, peuvent devenir un chemin d’offrande, une visite possible de Dieu. L'antienne d'ouverture de la messe du 1er dimanche de carême nous invite à la confiance: "Quand mon serviteur m'appelle, dit le Seigneur, je lui réponds, je reste près de lui dans son épreuve. Je vais le délivrer, le glorifier, de longs jours je vais le rassasier." 

À l’heure où le terrorisme frappe notre monde, où les idéologies guerrières sèment la peur et la mort, je me rappelle cette phrase du pasteur et théologien Dietrich Bonhoeffer, pendu dans un camp de concentration en 1945 : « À présent nous savons qu’il n’y a plus sur terre de souffrance dans laquelle le Christ ne soit avec nous, souffrant et priant avec nous, le seul sauveur. » (Bible, ma prière).

Pour aller plus loin, Expérience de la prière (Parole et Silence).
Vous pouvez télécharger ou lire en ligne Mon carême avec sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.
À paraître en mars 2015: Chemins vers le silence intérieur avec Thérèse de Lisieux.

Notez cet article:
La beauté du Transfiguré
Mon carême avec Thérèse de Lisieux

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
4 janvier 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le temps liturgique de Noël se termine au baptême ...
2745 lectures
Jacques Gauthier
3 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Voici la troisième et dernière partie de mon regar...
2241 lectures
Jacques Gauthier
15 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Quelle a été la première prière de l’humanité? Dem...
2314 lectures
Jacques Gauthier
21 avril 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans cette troisième semaine du temps pascal, l'Ég...
1923 lectures
Jacques Gauthier
7 septembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
J’arrive de vacances aux Îles de la Madeleine, sit...
2651 lectures