Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

3 juillet: saint Thomas, apôtre

Né près de Jérusalem, Thomas est l’un des trois apôtres judéens avec Simon le Zélote et Judas. On l’appelle Didyme, ce qui veut dire jumeau en grec. On a surtout retenu de lui son incrédulité après la résurrection. Oui, il a douté, comme les autres, mais cela lui a valu une expérience unique avec le Christ ressuscité. Nous nous reconnaissons dans son doute et son geste de foi. N’oublions pas, qu’après avoir touché les plaies de Jésus, il lui a donné son véritable titre, la proclamation la plus claire de sa divinité : « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20, 28).

 Saint Thomas

 Thomas était prêt à suivre le Maître jusqu’au don total de sa vie. Quand Jésus était retourné en Judée pour ressusciter son ami Lazare, les Douze savaient qu’on cherchait à l’arrêter, et même à le lapider. Aller en Judée, c’était aller à la mort. Thomas dit aux disciples avec tout le courage auquel il était capable : « Allons, nous aussi, pour mourir avec lui ! » (Jn 11, 16).

Et pourtant, il s’est enfui après son arrestation. Il a erré à travers les montagnes de Judée, pleurant de chagrin. Il n’était donc pas là quand, ressuscité, le Maître s’est fait voir aux apôtres. Secoué par les événements, il ne pouvais pas croire à sa résurrection. « Ils ont vu un fantôme », se disait-il. Un homme mort ne ressuscite pas et ne revient pas à la vie biologique pour mourir de nouveau. Pour croire, il devait voir.

Thomas avait invité ses compagnons à accompagner Jésus dans sa mort, mais il répugnait à les suivre dans leur foi en la résurrection. Ils avaient beau insister : « nous avons vu ses plaies, nous l’avons touché, il nous a parlé, on l’a reconnu, il a dit qu’il reviendrait » ; il ne les croyait pas. Il leur a probablement demandé comment s’était déroulé la résurrection elle-même, aucun ne pouvait lui répondre, comme si ce processus inouï échappait à l’expérience humaine et devait rester dans le secret de Dieu. Bref, il doutait des apparitions de Jésus ressuscité, leur disant : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’entre pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » (Jn 20, 25).

Une expérience de la miséricorde

Huit jours plus tard, les disciples étaient rassemblés au Cénacle, autour de la table où avait été consommée la Pâque. Cette fois, Thomas était avec eux. Jésus vint, alors que les portes étaient verrouillées. Il était là au milieu d’eux, vêtu de blanc, majestueux, doux et souriant, marchant vers eux comme un mortel. Il les regarda et dit : « La paix soit avec vous ! »

Les apôtres se rassemblèrent autour de lui. Ses plaies leur étaient un reproche, elles criaient leur manque de courage, et en même temps la révélation de l’amour du Père qui avait glorifié son Fils. Contempler ses blessures, c’était goûter la douceur de sa miséricorde, l’espérance de la vie éternelle. Jésus interpela Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant » (Jn 20, 27).

Et l’apôtre contrit, répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Et Jésus dit cette parole d’encouragement qui s’adresse à nous et aux croyants qui viendront après nous : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu » (Jn 20, 29). Un cœur brûlant d’amour et de foi approche le Seigneur mieux que toute main. La foi est un toucher qui nous fait entrer dans le cœur du Christ ressuscité. 

 Thomas n’oubliera jamais une telle expérience de miséricorde. Il a touché au corps rayonnant du Christ immortel. Lui, si craintif, sera investi de la force du souffle même de Dieu, l’Esprit Saint. Il saura maintenant quel chemin prendre. N'avait-il pas demandé à Jésus, lors du dernier repas : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin? » (Jn 14, 5). Et Jésus de répondre : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père sinon par moi. »

Après sa résurrection, Jésus marchera, mangera et boira avec ses apôtres. Leur compagnon de route restera toujours leur compagnon de table, celui avec qui on rompt le pain et lève la coupe du salut. Il expliquera les Écritures à deux pèlerins d’Emmaüs qui le supplieront de rester avec eux, tant leurs cœurs étaient brûlants en chemin, jusqu’à ce que leurs yeux s’ouvrent à la fraction du pain. Ils retourneront à Jérusalem pour dire aux apôtres et aux disciples : « C’est vrai! Le Seigneur est ressuscité ».

Désormais, toute contrariété supportée au nom de Jésus ne sera que l’envers d’une joie attendue, promise, éternelle. Dieu, qui avait pris visage humain, avait vaincu la mort, et ce corps que personne ne pouvait retenir ici-bas, préfigurait la propre gloire de ses amis.

La mission d’annoncer l’Évangile de la paix deviendra universelle. Thomas reprendra la route pour annoncer la Bonne nouvelle qu’il aurait portée jusqu'en Inde du Sud où il est considéré comme le fondateur de l'Église. Arrivé en Inde en 52, il y serait mort martyr aux environs des années 70, sur la colline qui s'appelle aujourd'hui Mont Saint-Thomas, près de Mylapore. Son tombeau se trouve dans la crypte de la basilique Saint-Thomas de Chennai.

En 1972, Paul VI a proclamé saint Thomas patron de l'Inde. Il demeure le patron des chrétiens qui persévèrent dans la foi tout en connaissant le doute. 

Pour aller plus loin: Jésus raconté par ses proches, p. 137-144.   

Notez cet article:
École de prière (32): Le chant et la musique
Saint Paul et la sagesse divine de la croix

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
15 septembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Marie, tu es mère jusqu’au bout.Tu n’abandonnes pa...
1011 lectures
Jacques Gauthier
11 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
De 1973 à 1977, j'ai eu la grâce de m'initier à la...
3505 lectures
Jacques Gauthier
16 décembre 2012
Le blogue de Jacques Gauthier
L'horreur. Du déjà vu. Un homme de 20 ans entre de...
6135 lectures
Jacques Gauthier
3 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Voici la troisième et dernière partie de mon regar...
2236 lectures
Jacques Gauthier
22 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
À la soirée Rive Gauche, poésie dite et chant...
2523 lectures