Ce n'est pas la fin du monde

Au 33e dimanche du temps ordinaire, nous entendons Jésus parler de sa seconde venue en termes apocalyptiques : le soleil qui s’obscurcit, la lune qui perd son éclat, les étoiles qui tombent du ciel. On se croirait dans un film de science fiction. Il y a de quoi nourrir les imaginations et aligner les dates. On a prévu la fin du monde tant de fois et pourtant nous sommes encore là. Jésus a bien spécifié à ses apôtres que nul ne connaît le jour et l’heure de sa venue, sinon le Père.

jesus and the apostles

Un discours eschatologique

Nous sommes ici au cœur du discours eschatologique, de ces textes qui évoquent la fin des temps. À noter qu’on ne parle pas de la fin du monde, mais du retour du Christ et de sa victoire finale. L’évangéliste Marc ne veut pas faire peur à ses lecteurs mais les rassurer, les mettre en garde contre tout ce qui paralyse. Le Christ ressuscité sera manifesté aux élus : « Alors on verra le Fils de l’homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire » (Mc 13, 26). Le monde nouveau sera enfin arrivé; ce sera la victoire définitive de Dieu sur le mal. Il y a de quoi se réjouir, car Dieu réalise toujours ses promesses. Il tient parole, aussi vrai que l’été est proche lorsque les feuilles du figuier sortent des branches gonflées de sève. Sa parole sauve : « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » (Mc 13, 31)

Quand et comment cela arrivera-t-il? L’important n’est pas de savoir quand et ce qui va arriver que de se préparer à ce qui s’annonce; le retour glorieux de Celui qui viendra et sa victoire contre les forces du mal. Ne perdons pas notre temps à deviner la date de son retour, mais soyons attentifs à témoigner de sa présence dans notre monde. Veillons et prions! La victoire du Christ est déjà commencée. Ne nous arrêtons donc pas trop aux images d’horreur.

Espérance et confiance

Le Dieu que Jésus nous révèle est proche de ceux qui sont dans la détresse. Il veille sur chacun de nous et il viendra pour la consolation des siens. Ce n’est pas par la crainte que nous devons aller à lui, mais par l’amour. L’antienne d’ouverture de la messe de ce 33e dimanche résume bien cette espérance qui nous fait croire en l’avenir : « Mes pensées, dit le Seigneur Dieu, sont des pensées de paix et non pas de malheur » (Jr 29, 11).

Vers 164 avant Jésus-Christ, le prophète Daniel proclamait que ceux qui dormaient dans la poussière s’éveilleraient pour la vie éternelle. C’est le premier texte biblique à présenter clairement la résurrection des morts. Mais nous, qui connaissons Jésus et avons foi en sa résurrection, quelle est notre espérance? N’avons-nous pas un devoir de miséricorde à apporter à notre monde qui cherche des raisons de croire, d’espérer et d’aimer? Soyons dans la joie et ayons confiance en Dieu, le monde respirera mieux. C’est cela aussi la nouvelle évangélisation.

Pour aller plus loin: Notre coeur n'était-il pas brûlant; Jésus raconté par ses proches (Parole et Silence / Novalis).

Attentats de Paris: compassion et foi
Jésus par ceux qui l'ont côtoyé

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
11 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le pape Benoît XVI aura surpris jusqu'à la fin. En...
5714 lectures
Jacques Gauthier
27 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 9 août 2013, le pape François écrivait sur Twit...
2463 lectures
Jacques Gauthier
23 janvier 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le directeur de la revue française Nouvelle Cité m...
3135 lectures
Jacques Gauthier
20 mai 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Lors de la canonisation d’Eugène de Mazenod le 3 d...
2512 lectures
Jacques Gauthier
27 juin 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Marcher dans la rue ou dans un parc, en ville ou à...
2114 lectures