Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

L'adoration eucharistique: douze conseils

Le 2 juin 1972 marque le jour de ma conversion, de mon retour au Christ par Marie, alors que je m'en allais sur le "pouce" en Californie. Je célèbre cette rencontre chaque année. Cette année 2013, le 2 juin coïncide avec la fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Le pape François a demandé qu'à cette occasion il y ait un temps d'adoration eucharistique partout dans le monde.

Depluis plusieurs années, nous voyons de plus en plus le Saint Sacrement exposé sur les autels du monde, non seulement dans les communautés nouvelles et les lieux de pèlerinage, mais dans de simples chapelles d’adoration perpétuelle, issues des paroisses et des diocèses. L’adoration eucharistique devient souvent le fondement de l’unité paroissiale. Des centaines de personnes assurent, jour et nuit et à tour de rôle, cette « garde d’amour » du Saint Sacrement. Célébration de l’Eucharistie et adoration ne s’excluent pas, mais se complètent mutuellement. La foi vivifiée par l’amour nous donne d’explorer les profondeurs de cette présence du Christ sous les signes du pain et du vin.

Une expérience personnelle et ecclésiale

Les temps d’oraison personnelle et d’adoration eucharistique renvoient à la communion ecclésiale, car nous sommes les membres de son Corps mystique. L’expérience que j’ai faite de l’adoration fut en Église. Les tabernacles et leurs traditionnelles veilleuses ont souvent été des phares dans ma vie. Ce fut d’abord dans une communauté de jeunes à Drummondville, suite à ce 2 juin 1972, puis à l’abbaye cistercienne d’Oka de 1973 à 1977. L’adoration eucharistique a nourri mes engagements à l’Arche de Jean Vanier à Trosly-Breuil en France et au Café chrétien de Sainte-Thérèse, près de Montréal. Elle a fécondé mes séjours dans les communautés nouvelles, suscité de nombreuses rencontres avec mes amis les saints, telle la petite Thérèse, ou des poètes comme Patrice de La Tour du Pin. Elle m’a accompagné à l’Université comme étudiant et professeur, à la maison et en paroisse avec mon épouse Anne-Marie et nos quatre enfants, aux retraites et sessions que je donne depuis plusieurs années sur la prière.

Plus je prends du temps pour l’adoration eucharistique, mieux je retrouve la communauté à la messe. Après ce temps de silence, il y a moins de danger de « m’accoutumer » à l’Eucharistie, car ma foi est plus vive. Quelle joie de former ensemble un même Corps! Il se crée un lien de chair entre Dieu et nous. Je saisis mieux ce mystère d’alliance, fait d’intériorité et d’amour, où en recevant le Fils je reçois aussi le Père et l’Esprit. Par l’Eucharistie, je communie à cette source trinitaire qui est au cœur même de ma vie, de la vie. Loin d’être vécue de façon individualiste, l’adoration eucharistique est un acte communautaire, car c’est là que je porte le mieux les joies et les tristesses du monde. Je présente au Seigneur tous mes frères et sœurs en humanité. Ce n’est pas seulement moi et Dieu, mais nous et Dieu.

Une expérience de la présence du Christ

L’adoration eucharistique consiste essentiellement à se mettre en présence de Christ, réellement présent en son Corps et en son Sang sous les apparences du pain qui a été consacré à la messe. Il est là, tu es là, c’est tout. Voilà pour la méthode. Il a l’initiative, on n’a qu’à accueillir ce qu’il veut nous offrir. Pendant les moments d’adoration, il est bon de recourir à la Sainte Écriture pour soutenir la prière. Il peut y avoir des chants et des prières adaptés de la Liturgie des heures, comme les Psaumes, et qui suivent le rythme de l’année liturgique. Mais l’important est surtout de demeurer dans la prière silencieuse. Voici douze conseils qui peuvent nous aider à vivre cette heure de silence en présence du Saint Sacrement.

Mets-toi à genoux

Tu entres dans ce lieu de prière où le Saint Sacrement est exposé. Tu te mets à genoux et tu t’inclines profondément en signe d’adoration. Tu adores le Christ présent dans l’hostie consacrée par l’hommage extérieur de ton corps. Tu fais le signe de la croix lentement en te représentant chacune des personnes de la Trinité présente en toi : « Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen ». Tu restes à genoux quelques minutes ou tu t’assois, selon ce qui te convient.

Commence par un acte de foi

Tu commences ton adoration silencieuse par un acte de foi en la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie. « Seigneur, je crois que tu es présent sous le signe du pain dans l’hostie. Je t’adore et je te rends grâce ». Tout au long du temps d’adoration, relance ta prière par un acte de foi vivifié par l’amour. « Jésus, je crois, mais augmente ma foi ». Ces premiers pas de l’adoration sont importants car ils donnent le ton pour se mettre tout de suite en présence de Dieu.

Descends dans ton coeur

L'adoration ne requiert aucune technique compliquée. Tout doit rester simple. L’amour est le chemin royal qui ouvre la porte du cœur à cœur silencieux. « Seigneur, je t’aime. Ouvre mon cœur à ton action ». Tu descends dans ton cœur, dans cette partie profonde de ton être qui te permet d’entrer en relation avec le Père, le Fils et l’Esprit. Demande à l’Esprit de t’aider à t’abandonner au Père, qu’il dépose en toi les mêmes sentiments qui habitaient le cœur de Jésus.

 Prie avec tes distractions

Tu fermes les yeux, tu adores en silence. Tu offres à Jésus ce que tu es et ce que tu vis. Tu lui parles comme à un ami. Des voix et des pensées se lèvent en toi dès que tu commences à te recueillir. Prie avec tes distractions. Offre à Jésus tes préoccupations et tes angoisses. Occupe-toi de lui, il s’occupera de toi. Parle-lui, il te parlera à sa manière. Tiens-toi près de lui, il se tiendra près de toi. Et ton cœur se reposera près du sien.

Écoute en le regardant

L’adoration eucharistique est le moyen le plus simple et le plus direct ici-bas pour voir Dieu. Sois présent à sa Présence. Tu regardes Jésus, il te regarde. Si tu ne sais faire que cela, savoir qu’il te regarde avec amour, c’est déjà beaucoup. Pose ton regard sur l’hostie, la croix ou le tabernacle, tu verras combien il t’a aimé et combien il t’aime en ce moment. Dis-lui que tu l’aimes de tout ton cœur, même si tu ne ressens rien. Il veut t’attirer dans la douceur de son coeur. Demeure en son amour. Écoute ce qu’il a à te dire.

Répète une courte prière

Ce n’est pas le temps de prononcer de longues prières et de lire un livre. Reste près de ton cœur et laisse la présence de Dieu t’envahir. Choisis un verset d’un psaume, un extrait de l’évangile du jour, une courte prière que tu répètes avec le cœur, sans effort, selon ce que tu vis. Des exemples : « Viens, Jésus »; « Seigneur Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi »; « Je t’adore, Seigneur »; « Je t’aime »; « Béni sois-tu »; « Mon Seigneur et mon Dieu »; « Jésus doux et humble de cœur »; « Père, en Jésus, donne-moi l’Esprit »; « Jésus, fais de moi ton témoin »…

Expose-toi au soleil de l’adoration

Expose-toi à l’amour brûlant du Christ comme devant un doux soleil. Tu deviens ce que tu contemples. Regarde vers lui, tu seras illuminé. Il est là où tu le laisses entrer. Accueille sa lumière qui émane de sa divinité. Demande à ton ange gardien de t’aider à adorer. Rien ne sert de parler beaucoup, un soupir d’amour suffit, ou un seul mot : « Abba », « Jésus », « Esprit Saint. » Rends grâce pour ce Dieu qui t’aime tel que tu es et qui t’appelle à la vie éternelle. Reconnais que tu es digne d’être aimé.

Dis-lui que tu l’aimes

Le temps est précieux, tu le brûles pour Dieu dans l’adoration. Tu es fatigué, distrait, tourmenté. Les minutes sont longues. Reviens à la prière du cœur, à une courte formule qui peut enflammer ton cœur. Recommence la prière et invoque l’Esprit Saint qui vient en aide à ta faiblesse. Dis au Christ que tu l’aimes, même si tu ne ressens rien. Devant le réalisme de l’hostie, tu exprimes ta relation à Dieu, tu communies au souffle de l’Esprit, tu deviens une louange de gloire dans le ciel de ton âme.

Remercie le Seigneur

Jésus est là pour toi, à chaque instant. Remercie-le pour son amour qui nourrit la conversation intime que tu vis avec lui. Admire ce qu’il fait pour toi : il cache sa gloire dans l’hostie pour ne pas t’aveugler, il voile sa perfection pour ne pas te décourager, il te laisse voir ce que tu peux supporter, il attend que ton cœur s’ouvre totalement à sa miséricorde pour qu’il puisse y répandre ses flots de tendresse. Jésus te devance sans cesse. Il t’a donné la grâce de répondre à son appel et de passer une heure en sa présence sacramentelle. « Le Maître est là, et il t’appelle. » (Jean 11, 28) 

Étanche la soif de Jésus

« Donne-moi à boire », disait Jésus à la Samaritaine. Il a révélé à plusieurs mystiques sa soif d’être aimé au Saint Sacrement. Son désir est de trouver des adorateurs en esprit et en vérité pour répandre son amour infini. Il se cache sous les apparences du pain et du vin pour que sa pauvreté et sa simplicité soient aussi les tiennes. Unis ta prière à la sienne. Désaltère Jésus en l’adorant dans l’hostie, en te laissant aimer par lui et en le reconnaissant présent dans les autres, surtout les plus petits, à l’exemple des bienheureux Charles de Foucauld et Mère Teresa. Tu lui rends alors amour pour amour, et Dieu répand en toi son Esprit.

Laisse-toi transformer avec Marie

Jésus est là dans son sacrement d’amour. Tu es venu à lui avec ton fardeau. Dépose-le à ses pieds et repose-toi en lui, il te consolera. Prends chez toi Marie; elle fut le premier tabernacle qui a porté le pain de vie. Unis ton adoration à ses adorations, de la Crèche au Calvaire. Femme de silence avec Joseph, elle t’invite à demeurer dans le silence de ton cénacle et à te laisser transformer par l’adoration. Elle t’accompagne pendant et après la prière. Ainsi, en terminant ton temps d’adoration, en te prosternant de nouveau et en faisant le signe de la croix, sache que Marie et Joseph ne sont jamais loin de toi pour te conduire toujours vers Jésus.

Deviens eucharistie

Plus tu adores, plus ta foi augmente, plus tu deviens action de grâce. Tu entres dans l’intimité du Christ; son corps et son sang se transfusent en toi. Tu deviens eucharistie, selon l’expression du poète Patrice de La Tour du Pin. Il a découvert que comme les feuilles et les plantes, par le processus de la photosynthèse, absorbent certains éléments du sol, de l’air et de la lumière, l’âme qui s’expose au soleil de l’Eucharistie capte une vie divine qui la nourrit. Le véritable soleil, c’est cette hostie qui répand en ton cœur une aube nouvelle. Tu deviens toi-même une hostie que le Christ divinise pour que tu transformes l’humanité en son corps et en son sang. Ce devenir eucharistique, saint Paul l’exprime aussi en ces termes : "Nous reflétons tous la gloire du Seigneur, et nous sommes transfigurés en son image avec une gloire de plus en plus grande, par l’action du Seigneur qui est Esprit". (2 Corinthiens 3, 18.)

 Ce texte est tiré de mon Guide pratique de la prière chrétienne, Presses de la Renaissance, p. 199-204.

Pour aller plus loin, mon livre L'Eucharistie, source de la prière chrétienne, Presses de la Renaissance.

 

Notez cet article:
École de prière (9) Je n'ai pas le temps de prier
Marie, ma joie

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
9 juin 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Voilà! En ce lendemain de veille à l'Esprit Saint,...
3161 lectures
Jacques Gauthier
11 novembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 7 novembre 2014, le pape François autorisait la...
6361 lectures
Jacques Gauthier
19 juillet 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153) revient tou...
1632 lectures
Jacques Gauthier
18 juillet 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
Nous parlons de Dieu entre nous depuis des milléna...
1118 lectures
Jacques Gauthier
24 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Benoît XVI va quitter sa charge le 28 février, mai...
2709 lectures