L'expérience de la foi

La foi est une expérience qui indique une direction par un autre chemin que la science; elle précède le savoir et elle est non vérifiable en laboratoire.

DésertL’expérience de la foi relie l’humain et le spirituel, s’ancre aux grandes questions existentielles, sans verser dans l’individualisme et le relativisme : Qui suis-je ? Quel est le sens et le but de la vie ? Quels sont l’origine et le but de la souffrance ? Quelle est la voie pour parvenir au vrai bonheur ? Qu’est-ce que la mort? Qui est Dieu?

L’expérience de la foi s’enracine dans ce questionnement qui sourd de notre terreau humain, d’où l’universalité de la religion. La religion chrétienne, comme toute religion, n’est pas une panacée à tous les problèmes, mais elle inspire une interprétation du monde, une manière d’envisager la souffrance, un engagement dans la société, une confiance en un Dieu Père, une paix dans le Christ, une communion dans l’Esprit.

Une vertu théologale

Création Michel-AngeLa foi chrétienne est une vertu théologale qui nous donne d’entrer en relation amoureuse avec le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Avant d’expérimenter cette foi chrétienne, c’est Dieu d’abord qui croit en nous. Toute l’histoire biblique nous présente un Dieu qui devance l’être humain, qui espère en nous et qui nous aime. « Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés » (1 Jean 4, 10). La foi, don de Dieu, exige une réponse de notre part, mais pour cela il faut qu’il y ait une écoute : « Parle, Seigneur, car ton serviteur écoute » (1 Samuel 3, 9).

L’expérience de la foi, c’est l’expérience de l’amour sans cesse en mouvement et en croissance. Dans la lettre apostolique La porte de la Foi, Benoît XVI montre que la foi est l’expérience d’une fécondité sans limites : « En effet, la foi grandit quand elle est vécue comme expérience d’un amour reçu et quand elle est communiquée comme expérience de grâce et de joie. Elle rend fécond, parce qu’elle élargit le cœur dans l’espérance et permet d’offrir un témoignage capable d’engendrer [...] Donc, la foi grandit et se renforce seulement en croyant ; il n’y a pas d’autre possibilité pour posséder une certitude sur sa propre vie sinon de s’abandonner, dans un crescendo continu, entre les mains d’un amour qui s’expérimente toujours plus grand parce qu’il a son origine en Dieu. » (no 7)

Une vie d'amour

La foi englobe toute la vie et donne à celle-ci une hauteur spirituelle qui l’empêche de s’enliser dans les méandres de la méfiance et du scepticisme. Elle colore l’existence d’un amour particulier. On croit parce qu’on aime. Et « l’amour seul est digne de foi », disait le théologien Hans Urs von Balthasar. Le centre de la foi chrétienne se résume à ceci : « Dieu est amour : celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui » (1 Jn 4, 16).

Bon larronQuelles que soient nos conceptions de la vie et nos impressions sur Dieu, nos échecs et nos réussites, la foi nous dit que Dieu est toujours là, qu’il est un élan de vie au cœur même de notre vie. C’est ce que Jésus est venu apporter : « Je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance » (Jean 10, 10). Par un seul acte de foi ardent, empreint de respect, c’est toute notre vie qui passe dans cet acte. Ainsi, on rejoint Dieu partout, sans l’enfermer dans aucun espace, de jour comme de nuit. La foi nous conduit dans les profondeurs de l’âme, où Dieu demeure. Là se trouve le vrai bonheur; c'est ce qu'a expérimenté le bon larron sur la croix. Comme le disait saint Augustin dans ses Confessions : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi ».

Une aventure joyeuse

La foi est une aventure singulière qui s’enracine dans le réel quotidien. Son côté surnaturel la rend hermétique et suspecte à plusieurs de nos contemporains rationalistes qui craignent le dogmatisme et le prosélytisme. Il y a ceux qui croient et d’autres qui ne croient pas. Des deux côtés, il y a des nuances, des questions, des ombres, des doutes, souligne le chanteur Gilles Vigneault, dans un livre d’entretiens. Pour lui, « un athée, c’est un croyant qui se repose » (Un pays intérieur, Novalis).

Le croyant est un aventurier de l’esprit qui arpente des territoires inconnus à la raison. Il ose l’aventure de la foi, sans se laisser arrêter, si malaisée que soit la route : « Sa foi monte, monte toujours, / C’est qu’il est un je-ne-sais-quoi / Que son cœur brûle d’obtenir » (Cf. mon Saint Jean de la Croix, l’union avec Dieu). Thérèse d’Avila ajoutait : « Celui qui a Dieu ne manque de rien. Dieu seul suffit ». La foi, ce n’est donc pas rien, puisque Dieu devient le tout de la vie. Il habite en nous et nous demeurons en lui comme une vie en abondance, un excédent de sens, une aventure de la liberté.  

La foi chrétienne reste stérile si elle n’est pas accompagnée d’une relation vivante au Christ, le don de Dieu venu apporter l’eau vive au monde. Il suscite la foi dans le cœur de la Samaritaine en lui demandant à boire, montrant ainsi que c’est la confiance qui compte et que le temple est d’abord intérieur : « Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et en vérité qu’ils doivent l’adorer. » (Jean 4, 24). La Samaritaine, croyant que c’est lui le Messie, va annoncer cette bonne nouvelle à la ville. Beaucoup de Samaritains vont croire en Jésus à cause d’elle, de sa joie contagieuse. L’aventure de la foi se propage dans cette ville comme un feu, telle est la fécondité de l’appel : « Nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. » (Jean 4, 42). L’aventure de la foi devient l’aventure de la joie ; on oublie trop souvent qu’il y a une joie à croire.

Pour aller plus loin, lire mon essai, L'aventure de la foi: quinze variations (Parole et Silence).

 

24 janvier: Saint François de Sales, patron des jo...
Béatitudes pour gens stressés

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
16 mai 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Il m'arrive de publier dans mon blogue des extrait...
2599 lectures
Jacques Gauthier
17 mai 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Un jour, j'assistais avec mon épouse à un récital ...
2868 lectures
Jacques Gauthier
19 mai 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Est-ce la brise de ton ventqui emporte nos corps e...
2556 lectures
Jacques Gauthier
26 février 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Chaque carême, l'Église propose de faire avec Jésu...
2574 lectures
Jacques Gauthier
16 novembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
En ces temps du divertissement à tout prix, de la ...
1085 lectures