Saint Joseph et François, hommes de foi

Le pape François a choisi la solennité de saint Joseph pour la messe d’inauguration de son ministère d’évêque de Rome et successeur de Pierre. S'il aime beaucoup Marie, - on sait qu'il lui a réservé sa première sortie à la basilique Sainte-Marie-Majeure le lendemain de son élection -, il aime aussi son époux Joseph. On ne sépare pas ce que Dieu a uni. Sur son blason, où figure sa devise, "choisi parce que pardonné", se trouve en bas à gauche une étoile, symbole de la Vierge Marie, et à droite une fleur de nard, symbole de saint Joseph, patron de l’Église catholique.

Il a répété trois verbes durant son homélie de ce 19 mars qui résument bien la vie et la mission de Joseph: protéger, respecter, servir. Il a dit: "C’est d’avoir soin l’un de l’autre dans la famille : les époux se gardent réciproquement, puis comme parents ils prennent soin des enfants et avec le temps aussi les enfants deviennent gardiens des parents. C’est le fait de vivre avec sincérité les amitiés, qui sont une garde réciproque dans la confiance, dans le respect et dans le bien. Au fond, tout est confié à la garde de l’homme, et c’est une responsabilité qui nous concerne tous. Soyez les gardiens des dons de Dieu !". Il a aussi exhorté ceux et celles qui occupent des postes de responsabilité: « Nous sommes « gardiens » de la création, du dessein de Dieu inscrit dans la nature, gardiens de l’autre, de l’environnement ; ne permettons pas que des signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde ! Mais pour « garder » nous devons aussi avoir soin de nous-mêmes ! Rappelons-nous que la haine, l’envie, l’orgueil souillent la vie ! Garder veut dire alors veiller sur nos sentiments, sur notre cœur, parce que c’est de là que sortent les intentions bonnes et mauvaises : celles qui construisent et celles qui détruisent ! Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, et même de la tendresse !".

Ces paroles me rappellent le poète Rainer Marie Rilke qui disait qu'aimer c'est être le gardien de la solitude de l'autre, veiller à ce que l'amour reste intact entre les époux en respectant la distance et le mystère qu'il y entre eux. N'est-ce pas ce qu'a fait Joseph qui a veillé sur la mère et l'enfant? Il est le gardien du mystère de son épouse Marie et de l'enfant Jésus; il devient ainsi le gardien des mystères du salut, comme l'a surtout montré Jean-Paul II dans son exhortation apostolique, Redemptoris custos (Le gardien du Rédempteur). François a d'ailleurs repris un extrait de ce texte dans son homélie: “Saint Joseph a pris un soin affectueux de Marie et s’est consacré avec joie à l’éducation de Jésus-Christ, de même il est le gardien et le protecteur de son corps mystique, l’Eglise, dont la Vierge sainte est la figure et le modèle“ (n. 1).

Sur son compte Twitter, @pontifex_fr, François a précisé cette mission de service, à la suite de Joseph et de Marie: "Le service est le véritable pouvoir. Le Pape doit servir chacun, particulièrement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits". Il a écrit aussi, en filiation avec François d'Assise: "Mettons le Christ dans notre vie, prenons soin les uns des autres, protégeons la création avec amour".

 Je termine en vous partageant ce billet sur saint Joseph que j'ai écrit dans le Prions en Église du 17 mars 2013. 

Père nourricier de Jésus, époux de Marie, Joseph demeure un grand inconnu. Il est évoqué brièvement comme «un homme juste» (Matthieu 1, 19), car il s’est ajusté, conformé à la parole de Dieu. Dans un petit livre que je lui ai consacré, Saint Joseph, homme de foi, je montre comment il a coopéré à la réalisation du plan de Dieu pour le salut du monde. Ses nombreux «oui» s’ajoutent au grand fiat de Marie. Il peut être un modèle pour nous au milieu de cette Année de la foi.

On sait peu de choses de cet homme discret, charpentier de Nazareth, qui a vécu avec Jésus et Marie la grande aventure de la foi. Et pourtant son rôle est très grand dans le projet de Dieu. Son dévouement à la crèche, en Égypte, à Nazareth, gardant près de lui la mère et l’enfant, témoigne de sa grande foi en Dieu et de sa force intérieure. Joseph ne veut pas faire obstacle au projet de Dieu, même s’il peut se sentir imparfait et dépassé par un tel mystère. Ce fils d’Abraham, de la descendance de David, fait des actes de foi sans tout comprendre. Son obéissance est sa réponse aux différents appels de Dieu dans sa vie. Toutes nos annonciations, visitations, naissances découlent de ces grands mystères joyeux que Marie et Joseph ont vécus avec leur fils bien-aimé.

Joseph est l’homme du silence amoureux dans la prière, le témoin des lentes germinations intérieures. Invoquons-le, il peut nous accompagner dans notre quête spirituelle. Saint frère André disait souvent : « Allez à saint Joseph, priez-le, il ne vous laissera pas tomber en chemin. »

 

 

Journée mondiale de la poésie
Livres: Le Jour du Seigneur, hiver 2013

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
7 décembre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 8 décembre 1854, le pape Pie IX définissait le ...
5196 lectures
Jacques Gauthier
13 février 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
La Saint-Valentin, fête des amoureux, proclame-t-o...
2579 lectures
Jacques Gauthier
22 mai 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Après que Jésus fut enlevé au ciel, les Apôtres de...
3197 lectures
Jacques Gauthier
2 juin 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 2 juin 1972 marque le jour de ma conversion, de...
4925 lectures
Jacques Gauthier
12 avril 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu...
2975 lectures