Le blogue de Jacques Gauthier

Aimer à la manière de Jésus

Jesus aimer

L’amour des ennemis et le pardon mutuel sont au cœur de l’Évangile. Cet amour est réel et exigeant, car il est totalement gratuit. Il ne s’agit pas seulement d’aimer les personnes qui nous aiment, mais d’aimer à la manière de Dieu, librement, pleinement, sans rien demander en retour. Jésus parle de cet amour inconditionnel, qui s’étend jusqu’aux ennemis, au-delà de tout romantisme : « Je vous le dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent » (Luc 6, 27).  Père, pardonne-leur Il y a deux mille ans, Jésus a déclenché une révolution d’amour qui est toujours en marche. Il brise le cercle de la vengeance et de la violence en prônant un amour d’estime et de bienveillance pour l’ennemi : « Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient » (Luc 6, 28). La vie de Jésus témoigne de cet amour-don, spécialement...

Lire la suite
  905 lectures

L’encyclique du pape François sur la fraternité

Pape Francois Tous freres

La troisième encyclique du pape François, Tous frères, emprunte son titre à une expression de François d’Assise : Fratelli tutti. Cette encyclique sociale, divisée en huit chapitres, rassemble et développe les thèmes soulevés dans le Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, que le pape a signé en février 2019 avec le grand imam Ahmad Al-Tayyeb. Il réagit contre les différentes manières actuelles d’éliminer et d’ignorer les autres en nous conviant au grand rêve de fraternité et d’amitié sociale, « comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous » (no 8).    L’exemple du bon Samaritain Au premier chapitre, « les ombres d’un monde fermé », le Saint-Père dresse un état des lieux d’un post-libéralisme destructeur du lien social : manipulation de la démocratie, désintérêt pour le bien commun, prévalence d’une logique de marché, culture du déchet. Il constate que la mondialisation nous...

Lire la suite
  1900 lectures

La force de Star Wars

Star Wars

Depuis le premier film, en 1977, jusqu’à L’Ascension de Skywalker, la saga Star Wars de George Lucas a rassemblé plusieurs générations. Inspirée entre autres du Seigneur des anneaux de Tolkien, elle se divise en trois trilogies qui s’échelonnent sur plus de quatre décennies. Il me semble que c’est un fait unique dans l’histoire du cinéma, non seulement par la durée, mais par l’engouement durable des fans qui dépasse la seule exploitation commerciale. Des Jedi et des Sith À l’instar des contes et des mythes, les films de La Guerre des étoiles sont des récits initiatiques qui évoquent le surnaturel, par la poésie, le merveilleux, la science-fiction. Cette épopée cosmique et mystique met en scène l’être humain dans un monde hostile, une galaxie lointaine, où se déroule une lutte sans merci entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs Sith. Au centre de ce théâtre d’affrontements, il y a la Force. On ne connaît pas l’origine exacte de cette mystérieuse énergie qui...

Lire la suite
  2686 lectures

La question du mal


Avec les médias et les réseaux sociaux, peu de tragédies nous échappent: guerres, tueries, viols, séismes, épidémies, accidents. Les drames familiaux nous touchent plus particulièrement, comme on l’a vu récemment à Stittsville, près d’Ottawa, où une femme a tué ses deux enfants avant de s’enlever la vie. Devant tant de malheur, il n'y a souvent qu'un mot: Pourquoi? Certains se demandent que fait Dieu? D’autres le prient, telle cette note déposée devant la maison de Stittsville, adressée probablement au père dévasté : « Que Dieu vous guide et vous donne la force dont vous avez besoin ». (Le Droit, 16 janvier 2013).  Dans ses Confessions, saint Augustin montre que Dieu est présent dans ce que l’on vit et il nous soutient dans l’épreuve. Il n'assiste pas la personne comme un dieu extérieur qui ne se réduirait qu’à cela, il sauve de l’intérieur par la foi ardente qu'on met en lui. Cette foi aide à...

Lire la suite
Mots-clés :
  4466 lectures

Tolkien, le hobbit catholique




     John Ronald Tolkien (1892-1973) a retrouvé un nouveau public grâce au réalisateur Peter Jackson. J’ai beaucoup aimé son adaptation de la trilogie Le Seigneur des anneaux, même si les nombreuses scènes d’action escamotent un peu la métaphysique de la quête, très présente dans le livre. Le premier film de la nouvelle trilogie du Hobbit a aussi connu un grand succès de salle, comme le deuxième volet, La désolation de Smaug, en tête du box office dès sa sortie.        Pourtant, Peter Jackson dénature le roman original en y insérant une figure féminine importante, Tauriel, l'elfe rebelle. Qu'importe si les fans de Tolkien crient à l'hérésie, le succès du film va continuer à gonfler les ventes de ce livre. Le dernier film de la trilogie devrait paraître en décembre 2014. Mais l’écran ne remplace pas l’écrit; les supports sont trop différents. Pour goûter le souffle homérique de Tolkien, qui n’est pas...

Lire la suite
  11300 lectures

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/

©Jacques Gauthier,  tous droits réservés