Le blogue de Jacques Gauthier

Prédicateur de retraites

Prédicateur! Ce mot désigne surtout un ecclésiastique dont la fonction principale est la prédication. C’est le titre qu’on m’attribue quand je « prêche » une retraite. Il arrive aussi qu’on m’appelle « mon père ». Quand on me demande de quelle congrégation je fais partie, je leur réponds en souriant : « De la congrégation des pères de famille ». 

Jacques Predicateu

(Photo prise à Paris durant la Semaine Thérésienne, le 30 septembre 2022)

Une action de l’Esprit

J’anime des retraites spirituelles depuis plus de vingt ans. Je vois ce ministère comme un fruit du concile Vatican II, une action de l’Esprit Saint, un prolongement de mon baptême. C’est une mission qui m’est confiée; on me demande et je dis « oui », dans la mesure du possible. Comme dit saint Paul : « c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Corinthiens 9, 16)  

La fidélité à cet engagement n’est pas fondée sur le mérite ou la vertu, mais sur l’amour de Jésus, la confiance en l’Esprit Saint et le partage des charismes. Si je m’approprie tel charisme, il disparaît, car il appartient à la communauté. Je reste petit devant cette vocation exigeante, me fiant sur la grâce de mon sacerdoce baptismal et de mon mariage. Je m’appuie sur le Christ, et la prière de mon épouse. Je fais mon possible, le Seigneur fait le reste, lui seul « donne la croissance » (1 Co 3, 7).

Je ne compte plus les fois où l’on m’a dit à la fin d’une retraite : « Vous savez, c’est la première fois que notre retraite annuelle était prêchée par un laïc ». À voir les visages épanouis, je prends cela comme un compliment et un encouragement. Je me garde bien d’en tirer une quelconque vanité, car je « souffre » mes retraites. Je suis bien content de revenir à la maison, jusqu’à la prochaine retraite. 

Un service d’Église

On ne se donne pas une telle mission, on la reçoit; c’est trop exigeant et purifiant. Plus qu’une fonction, c’est un service d’Église, une vie dans le Christ. Ça prend beaucoup d’amour et de détachement, d’humour et d’humilité, et surtout d’ouverture à l’Esprit. Quelle joie de le voir travailler discrètement dans les âmes. Je ne peux que rendre grâce avec les larmes aux yeux.

On ne prêche pas impunément des retraites sur la prière et l’oraison sans une préparation intérieure, sans traverser des épreuves bien particulières. Je dis souvent au Seigneur avant de commencer : « Maintenant, à toi de jouer. Que ton Esprit m’inspire ce que je dois dire. Viens toucher la personne qui en a le plus besoin, et donne-moi la force de me rendre jusqu’au bout ».

Je livre toujours un combat spirituel quand une retraite approche, qu’elle soit en paroisse ou dans un centre de prière, pour une communauté religieuse ou des prêtres diocésains. Je ne m’y habitue jamais. C’est une grâce d’humilité qui me détache un peu plus de moi-même. Le combat se manifeste par un abattement de l’esprit, des doutes qui m’assaillent, de multiples tracasseries pour me déconcentrer : problèmes d’ordinateur, questions d’argent et de santé, disputes avec mon épouse… C’est tellement soudain que je sens bien que ce sont des tentations. J’offre tout au Seigneur, et je lui fais confiance, avec mes amis les saints. Sans la prière, je n’y arriverais pas.

Le premier entretien, débute normalement par mon témoignage de foi, puis les enseignements se déroulent en toute cordialité et simplicité en lien avec le thème. Une retraite n’est pas un cours, mais une rencontre, qui se prépare plus par la prière que par l’étude. Si ma parole atteint le cœur, ce n’est pas dû à l’art oratoire, mais au désir que porte la personne en elle-même. Un prédicateur peut faire beaucoup de bruit, mais porter peu de fruit s’il ne se nourrit pas au pain de l’oraison intérieure. Plus un prédicateur est uni à Dieu, plus sa parole touche les cœurs.

Adaptation d’un texte paru dans mon livre En sa présence. Autobiographie spirituelleÉditions Artège et Novalis, 2022, p. 257-265.
Paru aussi en partie dans le Prions en Église du 9 octobre 2022, p.  35-36.

Pour en savoir plus: En sa présence. Autobiographie spirituelle.
Lire aussi l'introduction du livre: cliquez ici.

Vidéo de 25 minutes sur ce thème de la prédication de retraites, ajoutée le 3 novembre 2022 dans ma chaîne YouTube. Voir la vidéo: cliquez ici.

Gad Elmaleh et Charles de Foucauld
École de prière (87) Dieu est près de nous

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
jeudi 26 janvier 2023

Image Captcha

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/

©Jacques Gauthier,  tous droits réservés