La parabole des talents

Nous connaissons les expressions « avoir du talent », « exercer son talent ». Elles viennent de la parabole qui illustre notre responsabilité de faire fructifier les dons reçus de Dieu, en allant au bout de nos capacités, en vue de l’expansion du Royaume. 

Répandre les dons reçus

La parabole des talents chez Matthieu est précédée de celle des dix jeunes filles invitées à des noces, où Jésus appelle à la vigilance : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (Matthieu 25, 13). Comment veiller? Jésus répond par la parabole qui suit : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens » (Matthieu 25, 14). Ce maître qui s’en va distribue une véritable fortune, puisqu’un talent équivalait à plus de quinze ans de salaire. Les talents ne sont donc pas ici des aptitudes humaines, mais de l’argent à distribuer.

Matthieu, qui a été un collecteur d’impôts, se sert du vocabulaire financier pour rappeler aux premiers chrétiens que Jésus monté au ciel reviendra dans la gloire, où nous serons jugés sur l’amour. Dans l’attente de son retour, ne soyons pas des serviteurs mauvais et paresseux, comme celui qui enfouit son talent dans la terre, mais organisons-nous pour que les biens du royaume de Dieu fructifient par notre service aux autres. Jésus est formel : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Matthieu 25, 40). 

On peut penser que le maître est cruel de jeter dans les ténèbres son « serviteur bon à rien » (Matthieu 25, 30). Pourtant, celui-ci insulte son chef en le traitant de dur et d’injuste. Il a si peur de lui qu’il n’a rien fait de bon en son absence. Le maître, loin d’être un tyran, lui a fait confiance comme aux autres en lui donnant une fortune à gérer « selon ses capacités » (v. 15). Ce n’est pas d’avoir peu reçu qui lui est reproché, mais son manque de responsabilité et ses préjugés envers le maître. Ce qui blesse Jésus au cœur, disait Thérèse de Lisieux, c’est le manque de confiance et de reconnaissance. Elle reprenait cette phrase de Jean de la Croix : « On obtient de Dieu autant qu’on en espère ».

Parabole talents

Accueillir le don par excellence

Il nous arrive parfois d’avoir peur de Dieu, d’être découragés, d’enterrer l’Évangile au lieu d’en témoigner par notre vie pour le bien de l’Église. En tant que baptisés, nous sommes responsables envers Dieu et l’humanité d’accueillir ou non son royaume. Même si le Seigneur tarde à venir, nous devons comme de bons et fidèles serviteurs déployer nos talents en poursuivant son œuvre. Nous faisons alors sa joie, car nous prenons part à sa mission. « Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples » (Jean 15, 8).

Les dons de Dieu ne sont pas un dû, nous les recevons pour le bien d’autrui. À nous de les développer selon nos capacités avec l’aide de l’Esprit. Le plus beau don que le Père a fait reste son Fils. Nous n’avons qu’à l’accueillir avec confiance. N’ayons pas peur de lui! Tout est donné, « tout est grâce », disait Thérèse de Lisieux. Chaque personne qui reçoit le Christ comme le don par excellence dans sa vie, « sera dans l’abondance » (Matthieu 25, 29). Elle lui sera dit à la fin de sa vie : « entre dans la joie de ton maître » (v. 21).   

Prière

Seigneur Jésus, tu es venu dans notre monde
pour annoncer le royaume de justice et de paix,
pour nous révéler le Père et nous sauver,
maintenant que tu es retourné auprès de lui,
aide-nous à veiller et prier jusqu’à ton retour.
 
Tu ne nous appelles plus tes serviteurs, 
mais tes amis à qui tu confies tes biens.
Tu donnes à chacun et chacune des talents,
à fructifier selon nos capacités et ta grâce.
Rends-nous responsables des dons reçus.
 
Ta confiance est infinie envers nous,
tu nous invites à participer à la mission
d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut.
Ne nous laisse pas entrer en tentation
pour ne pas enfouir l’appel à te suivre.
 
Fais que nous portions beaucoup de fruit
en étant solidaires des frères et sœurs 
rencontrés dans la vie de chaque jour.
Rends-nous fidèles jusqu’à l’heure de la mort,
où nous entrerons joyeux dans ton paradis.
 

Article paru dans le Prions en Église Canada du 15 novembre 2020.

Pour aller plus loin: Jésus raconté par ses proches (Novalis/Parole et Silence).
Devenir saint (Emmanuel/Novalis).

Vidéo de 15 minutes dans ma chaîne YouTube, ajoutée le 13 novembre 2020.

Dans l'attente de la fraction du pain
Témoignage: ma vie avec les saints

Sur le même sujet:

 

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.jacquesgauthier.com/

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
12 octobre 2020
Le blogue de Jacques Gauthier
La sainteté n’attend pas le nombre des années pour...
2672 lectures
Jacques Gauthier
28 mai 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le soleil s’est levé du froid tombeau de pierre, l...
4983 lectures
Jacques Gauthier
5 mars 2018
Le blogue de Jacques Gauthier
Notre temps axé sur la performance et la vitesse m...
2452 lectures
Jacques Gauthier
28 janvier 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Deuxième article d'une série de trois, tiré de mon...
4086 lectures
Jacques Gauthier
9 février 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans sa Règle, saint Benoît propose aux moines de ...
2908 lectures