Skip to main content

Le blogue de Jacques Gauthier

Présentation de Jésus au Temple

Déjà quarante jours que Jésus est né. En Juifs pieux, Marie et Joseph vont au Temple pour accomplir la loi de Moïse : la consécration à Dieu de tout premier-né mâle et la purification de la mère. « Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. » (Luc 2, 22) 

Marie et Joseph s’avancent dans le temple. Ils n'offrent pas un agneau pour l'holocauste, mais deux tourterelles ou deux jeunes colombes, qui est l'offrande des pauvres. À noter qu'il n’y a aucune présence de prêtres dans le récit de Luc. On accueille l’humble offrande, on fait sur Marie le rite d’absolution, même si elle n’a pas besoin d’être purifiée, car elle est l'Immaculée et Jésus porte en lui la purification du monde. Elle obéit à la Loi pour que les promesses s’accomplissent. L'enfant est présenté, consacré, offert personnellement à Dieu dans le Temple. Dieu en son Fils se soumet à la Loi pour nous en délivrer et faire de nous ses enfants bien-aimés. Ainsi s’achève la première procession de la nouvelle Alliance. Les temps sont accomplis.

Presentation Jesus au Temple

La rencontre de la lumière

Soudain, surgit un homme de l’ancienne Alliance qui attend depuis longtemps la Consolation d’Israël, un veilleur des temps nouveaux qui va enfin voir l’aube, un juste poussé par l’Esprit Saint qui va basculer dans une autre histoire. Le vieux Syméon nous représente dans cette procession qui prend l’allure d’une rencontre de Dieu. Il prend le premier-né dans ses bras, exulte de cette visitation, voit enfin le salut préparé à la face des peuples. Est-il aveuglé par la lumière des nations qui le brûle de l’intérieur et qui émerveille Marie et Joseph? 

 "Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël" (Luc 2, 29-32).

 La procession s’arrête. De joyeuse, elle prend la forme d’une croix. Syméon bénit les parents et révèle à la mère que son enfant sera un signe de division et qu’une épée transpercera son coeur. « Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. » (Luc 2, 34-35) 

Jésus sera un mystère pour elle, comme l’est chaque enfant pour les parents. La joie va s’enraciner dans la croix; l’amour n’empêche pas la souffrance. Chacun aura à se prononcer pour ou contre l’envoyé de Dieu. Devant ce drame qui se profile à l’horizon, les pensées secrètes seront dévoilées. L’opposition que vivra Jésus touchera aussi le cœur de Marie. Son âme sera transpercée d’un glaive, surtout à la croix, quand la lance percera le côté droit de Jésus. 

La procession de la Chandeleur 

Anne, une vieille prophétesse qui vivait près du Temple dans le jeûne et la prière,  s’approche du couple  et se glisse dans la procession. "Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem." (Luc 2, 38)

Au fil des siècles, un long cortège s'avance à la rencontre du Fils bien-aimé. La procession est devenue la fête des chandelles, la Chandeleur, célébrée dans l'Église le 2 février, qui est aussi la journée mondiale de la vie consacrée. La procession continue aujourd’hui. Des gens marchent, un cierge à la main. Ils sont de tous les chemins, rassemblés au carrefour de l’auberge pascale. Ils ont faim et soif du Dieu fait enfant, présent parmi eux, à la table de la Parole et du Pain. 

Qu’elle est belle cette procession des baptisés! Nous sommes invités à nous offrir avec le Christ, lumière du monde, pour qu’il nous illumine de sa miséricorde et qu'il nous garde de tout mal. Et nos vies fondent avec la cire des cierges, et l’Esprit ranime la flamme vacillante de l'espérance depuis qu’il se répand comme des langues de feu.

Prière 

Ton visage me surprend en chemin, Jésus,
il me convoque à la fête des lumières.
 
Tu m’apprends à te regarder comme Syméon,
pour que je puisse m’en aller dans ta paix.
 
Il y a si peu de distance entre nous,
lorsque tu marches avec moi.
 
J’avance d’un pas léger vers ta lumière
qui veut envahir ton Église.
 
La promesse des prophètes s’est accomplie,
tu es l’Emmanuel, Dieu-fait-chemin-pour-nous.
 
À qui irais-je avec mes frères et sœurs?
Tu as les paroles de la vie éternelle.
 
Fais-nous reposer en ton éternelle enfance,
pour que nous nous endormions dans ton sourire. 


Pour aller plus loin: Saint Joseph, homme de foi (Médiaspaul).
En sa présence. Autobiographie spirituelle (Artège/Novalis).

Voir la vidéo de 13 minutes sur ma méditation du récit de la présentation de Jésus au Temple, dans ma chaîne YouTube.

 
Se retirer au désert
Retrouver l'esprit d'enfance avec Thérèse de Lisie...

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
mercredi 22 mai 2024

Image Captcha

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/